Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hypnose pendant la grossesse

Auteur /Etablissement :
Ressentir la vie en soi peut parfois donner lieu à des peurs pendant la grossesse. L'hypnose permet de vivre sereinement cette période intense en événements et en changements physiques et psychiques. Rencontre avec le Docteur Ducloy-Bouthors, Anesthésiste-Réanimateur de l'hôpital Jeanne de Flandre.

Ressentir la vie en soi peut parfois donner lieu à des peurs pendant la grossesse. L’hypnose permet de vivre sereinement cette période intense en événements et en changements physiques et psychiques. Rencontre avec le Docteur Ducloy-Bouthors, Anesthésiste-Réanimateur de l’hôpital Jeanne de Flandre.
Les angoisses durant la grossesse sont multiples, elles concernent la vie, le développement du bébé, ou encore la capacité à devenir parent. Des angoisses auxquelles l’hypnose peut apporter une réponse.

L’hypnose : un outil thérapeutique

L’hypnose intervient comme un outil thérapeutique complémentaire aux autres traitements entrepris. Elle est obtenue en focalisant l’attention et en configurant le patient vers une mise en situation, vers un changement positif, et vers une autre vision de l’environnement.
L’hypnose est actuellement utilisée au CHRU pour soulager la douleur de l’accouchement, pour accompagner les interruptions médicales de grossesse ou pour diminuer le stress des menaces d’accouchement prématurés, des prééclampsies ou post traumatique. Elle est utilisée aussi durant les césariennes en urgence sous anesthésie locorégionale pour diminuer le stress péri-opératoire, ou en gynécologie pour réaliser certains gestes opératoires.
On distingue deux types d’hypnose pendant la grossesse : l’hypnose formelle et conversationnelle.
L’hypnose formelle repose sur une sorte de contrat entre thérapeute et patient où ce dernier joue un rôle actif. Après avoir évalué les problèmes et besoins du patient, et fixé l’objectif à atteindre, le patient est amené à apprendre l’auto-hypnose. La thérapie doit lui révéler le talent qui sommeille en lui pour lui permettre d’affronter et de mieux gérer la douleur, le stress ou la maladie.
Quand l’hypnose rime avec détent
Correspondance
Docteur Anne-Sophie Ducloy, médecin Anesthésiste Réanimateur, Hôpital Jeanne de Flandre
Source : href= »http://www.chru-lille.fr/actualites/dossiers/index.html » target= »_blank »
Durant la grossesse, l’hypnose apporte une grande détente pour la patiente. Toute l’équipe se focalise sur bien être de la patiente, en la mettant dans un état de relaxation et de confiance. Cet état de bien être est ressenti par le bébé, qui ne demande qu’à grandir dans cette agréable atmosphère. L’hypnose conversationnelle consiste à mobiliser l’inconscient du sujet tout en conversant avec lui. Le tout se déroulerait dans le cours d’une conversation qui semble anodine.

Sur le même sujet

A Bordeaux, un nouvel IHU pour mieux prévenir les AVC

Le 11 juillet a eu lieu à Bordeaux le lancement de l’Institut hospitalo-universitaire Vascular Brain Health Institute (VBHI), premier des douze nouveaux IHU annoncés l’an dernier par Emmanuel Macron dans le cadre de France 2030. En réunissant chercheurs, cliniciens et partenaires industriels, cette nouvelle institution souhaite créer un nouveau paradigme dans la prévention des maladies vasculaires cérébrales.

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.