Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hypnose : Tours étend les applications à la chirurgie ORL

Une patiente qui présentait une tumeur bénigne d’une glande parathyroïde responsable d’une augmentation de son taux de calcium sanguin a été opérée sous hypnose le 31 mars 2015. Avant, de programmer l'intervention, la jeune femme a échangé avec le chirurgien, le Pr Sylvain Morinière

Une patiente qui présentait une tumeur bénigne d’une glande parathyroïde responsable d’une augmentation de son taux de calcium sanguin a été opérée sous hypnose le 31 mars 2015. Avant, de programmer l’intervention, la jeune femme a échangé avec le chirurgien, le Pr Sylvain Morinière, sur les principes et les risques de l’intervention. Elle a ensuite rencontré l’anesthésiste, le Dr Eric Fournier qui lui a détaillé les modalités de la mise en état hypnotique et une séance «d’essai» a été effectuée sans difficulté.
Le geste chirurgical s’est déroulé dans d’excellentes conditions, avec une simple anesthésie locale, légère, sans nécessité de réinjecter du produit pendant l’intervention malgré l’utilisation des écarteurs parfois avec une pression importante. A tout moment, la patiente pouvait parler et la voix
est toujours restée normale
. La tumeur bénigne de 2,5 cm a été retirée en totalité en 45 minutes.

Une fois la cicatrice refermée
, la patiente est sortie de son état hypnotique. Elle n’a pas ressenti de douleur et a eu l’impression que l’intervention s’était déroulée assez rapidement. La patiente a pu sortir en fin d’après-midi, elle sera revue en consultation de contrôle dans 15 jours.
D’autres interventions, pour ce type de pathologies (tumeurs bénignes de la thyroïde ou des parathyroïdes), sont prévus dans les prochaines semaines selon les mêmes modalités.
L’hypno-sédation au bloc opératoire : meilleur contrôle et récupération rapide
L’hypnose se définit comme un état modifié de la conscience. Elle repose sur une dissociation du corps et de l’esprit, capable de procurer à la fois, une analgésie et un vécu agréable, lors de gestes opératoires. Cette technique est utilisée depuis plusieurs années au CHRU de Tours notamment en neurochirurgie pour la résection de tumeurs cérébrales.

L’équipe d’ORL du CHRU souhaite aussi faire bénéficier les patients de cette approche novatrice. La chirurgie de la thyroïde et des glandes parathyroïdes se prête tout particulièrement à l’hypnose et plusieurs équipes en France et en Belgique l’utilisent avec succès. Cette chirurgie comporte un risque non négligeable de lésion des nerfs qui font bouger les cordes vocales. L’intervention sous hypnose permet de contrôler à tout moment la voix du patient lorsque l’on arrive au contact de ces nerfs et donc permet de limiter le risque de les léser. Par ailleurs, le fait de ne pas avoir d’anesthésie générale permet une récupération plus rapide en postopératoire. Cette chirurgie peut alors être réalisée en ambulatoire.
L’hypnosédation s’adresse aux patients motivés qui acceptent d’être sollicités pour participer activement durant leur intervention. Une hypnosédation pour une intervention chirurgicale ne peut être proposée à un futur opéré passif. Le patient actif se soigne, le patient passif se fait soigner.

L’hypnose diminue le stress et l’anxiété avant l’intervention chirurgicale. Elle peut aussi être proposer aux personnes qui présentent des contre-indications à l’anesthésie générale ou qui ont un mauvais vécu de l’anesthésie générale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.