Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’intubation difficile, des techniques incontournables

Au CHU de Nantes, du 23 au 25 janvier 2008, une formation étonnante va permettre à des médecins anesthésistes, urgentistes et réanimateurs de toute la France, de parfaire leurs connaissances des techniques d'intubation difficile.

Au CHU de Nantes, du 23 au 25 janvier 2008, une formation étonnante va permettre à des médecins anesthésistes, urgentistes et réanimateurs de toute la France, de parfaire leurs connaissances des techniques d’intubation difficile.
L’intubation trachéale est un geste d’anesthésie ou de réanimation, fréquemment utilisé en médecine d’urgence, qui consiste à placer dans la trachée à travers l’orifice glottique une sonde dont l’extrémité supérieure émerge par la bouche ou les narines. Elle assure la liberté et l’étanchéité des voies aériennes et permet la ventilation mécanique.

La détection d’une intubation difficile
L’intubation s’effectue le plus souvent facilement, grâce à un matériel simple et dans une position standardisée. Mais l’éventualité d’une intubation difficile doit toujours être recherchée en utilisant certains critères prédictifs (déroulement des anesthésies antérieures, lésions dentaires et/ou gingivales, antécédents et signes d’obésité morbide, affection rhumatismale, diabète, dyspnée, troubles du sommeil, trachéotomie, traumatismes maxillofaciaux…).

Selon l’expertise collective de 1996, réactualisée en 2006 par la société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR), on considère qu’une intubation trachéale est difficile pour un anesthésiste expérimenté, lorsqu’elle nécessite plus de deux laryngoscopies.

L’intubation difficile, facteur de morbi-mortalité important
L’intubation difficile est responsable, directement ou indirectement, du tiers des accidents entièrement imputables à l’anesthésie et représente ainsi, chez l’adulte, la première cause de morbidité et de mortalité anesthésiques.

Un projet d’organisation, d’équipement et de formation est recommandé au sein de chaque établissement par les conclusions de la conférence d’experts d’intubation difficile 2006 de la SFAR et recommandé par la Haute Autorité de Santé dans le cadre des Evaluations de Pratiques Professionnelles.

La formation d’un référent aux techniques d’intubation difficile répond à ce cahier des charges. Après avoir été organisée pendant 10 ans à Bordeaux (Dr Anne-Marie Cros) et à Villejuif (Dr Jean-Louis Bourgain), cette formation est poursuivie avec la même philosophie à Nantes et Paris à partir de 2008.

Les simulateurs d’anesthésie pour des conditions proches du réel
Les simulateurs d’anesthésie présentent un réel intérêt tant pour l’enseignement que pour la diminution des risques anesthésiques. Le simulateur donne à chaque praticien la possibilité de gérer différentes situations, des incidents, des complications et des urgences, sans aucun risque pour le patient. Lors d’ateliers, les médecins formés vont ainsi être confrontés à des problèmes virtuels dans l’ancien bloc d’orthopédie du CHU avec un simulateur dans le rôle du malade.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”