Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’obésité de l’enfant

Les dernières études épidémiologiques le confirment, l'obésité prend de l'ampleur chez les jeunes. La prévention, le dépistage et la prise en charge précoces sont actuellement privilégiés pour que l'enfant ne devienne pas un adulte obèse. Une étude nationale menée entre 1980 et 1996, a mis en évidence l'augmentation constante et rapide de l'obésité. Sur cette période, la pathologie a connu une progression vertigineuse d'environ 149 %, et même de 375 % pour les obésités graves. Dans le Calvados, l'obésité touche 16,4 % des enfants scolarisés en classe de 6e ; des chiffres se situant dans la moyenne nationale.

Les dernières études épidémiologiques le confirment, l’obésité prend de l’ampleur chez les jeunes. La prévention, le dépistage et la prise en charge précoces sont actuellement privilégiés pour que l’enfant ne devienne pas un adulte obèse. Une étude nationale menée entre 1980 et 1996, a mis en évidence l’augmentation constante et rapide de l’obésité. Sur cette période, la pathologie a connu une progression vertigineuse d’environ 149 %, et même de 375 % pour les obésités graves. Dans le Calvados, l’obésité touche 16,4 % des enfants scolarisés en classe de 6e ; des chiffres se situant dans la moyenne nationale.

Affaire de famille
L’obésité est une pathologie multifactorielle liée au mode de vie, à l’alimentation, mais aussi à la génétique. Dans tous les cas, il existe un déséquilibre entre les apports alimentaires -grignotage- et les dépenses énergétiques -pratique sportive insuffisante. Mais, chez l’enfant, son développement est l’expression d’un comportement familial qui dépasse largement la simple notion d’excès calorique. L’obésité ne peut être détachée de l’attitude générale de la famille vis-à-vis de l’alimentation, ni des relations intra-familiales : troubles de la relation parents-enfants, réponses systématiques par la nourriture aux appels de l’enfant… Enfin, les études génétiques montrent que l’hérédité représente 15-40% des causes de l’obésité et que la présence d’un parent obèse multiplie par deux le risque d’obésité chez l’enfant .

Sans attendre
L’enfant obèse est exposé à des complications immédiates : esthétiques, psychologiques, orthopédiques, respiratoires et hormonales. Des lésions artérielles et une résistance à l’insuline apparaissent dès l’enfance. Responsables de problèmes cardiovasculaires et du diabète, elles sont les principaux facteurs de mortalité chez l’adulte. Le risque réel est que l’enfant devienne un adulte obèse, d’autant plus si la surcharge pondérale s’est constituée pendant l’enfance et a persisté à la puberté. Il est donc important de dépister et de prendre en charge précocement l’obésité. Le dépistage repose sur des critères simples : l’évaluation par la mesure clinique de l’Indice de Masse Corporelle (Poids / Taille au carré) et l’existence d’une obésité parentale. La prise en charge est quant à elle, plus complexe. Elle ne peut être que collective et sur le long terme en raison de la multiplicité des facteurs favorisant l’obésité. Elle doit prendre en compte les spécificités de l’enfant qui, en phase de croissance et de développement psychique, a besoin de repères et de limites pour se construire. Elle a pour objectif de valoriser celui-ci pour obtenir la stabilisation de l’IMC, et lui permettre de rejoindre les courbes de poids normales. Elle vise aussi à redonner aux parents leur rôle éducatif.

Modifier des habitudes
Un bilan initial mesure la capacité à l’effort (Dr B. Sesbouë, service de Médecine du Sport), la composition corporelle (J.P. Sabatier, service de Médecine Nucléaire) et la recherche de variations génétiques favorisant le stockage énergétique au détriment des dépenses caloriques . Les enfants sont vus en consultation de Pédiatrie, toutes les 6 semaines par la diététicienne ou le pédiatre. Il n’est pas imposé de régime hypocalorique potentiellement dangereux chez un sujet en croissance. Il s’agit de modifier progressivement le comportement alimentaire de l’enfant et de sa famille. La pratique d’un sport structuré est demandée. Cette reprise d’activité est souvent difficile, une séance hebdomadaire destinée aux adolescents est donc organisée avec le soutien de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports et de la Mairie de Caen. Dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS), un projet est réalisé avec le Comité Régional d’Education pour la Santé. Il implique parents, équipes d’enseignants et de restauration scolaire dans une éducation nutritionnelle des enfants dès la maternelle. Enfin, un réseau de prise en charge de l’obésité infantile est en cours de constitution, pour assurer un dépistage scolaire et une meilleure prise en compte du problème par le médecin traitant.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”