Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’oeil bionique implanté à Strasbourg

Strasbourg annonce une première implantation de l’oeil bionique homologué Argus II. Le bénéficiaire est un patient devenu aveugle des suites d’une rétinopathie pigmentaire. L’opération chirurgicale s’est déroulée le 22 janvier 2015 sans aucune complication et le patient se rétablit très bien. L’activation de la prothèse a débuté 14 jours après l’intervention. Progressivement, le système Argus II sera programmé pour le patient.

Strasbourg annonce une première implantation de l’oeil bionique homologué Argus II. Le bénéficiaire est un patient devenu aveugle des suites d’une rétinopathie pigmentaire. L’opération chirurgicale s’est déroulée le 22 janvier 2015 sans aucune complication et le patient se rétablit très bien. L’activation de la prothèse a débuté 14 jours après l’intervention. Progressivement, le système Argus II sera programmé pour le patient.

D’ici quelques semaines, il pourra même l’utiliser de manière autonome en suivant un processus de réadaptation visuelle accompagné par des spécialistes en basse vision de Second Sight et le centre de rééducation visuelle de Santifontaine, près de Nancy. Cette intervention marque une avancée déterminante dans la lutte contre la cécité. C’est un espoir pour les non-voyants. 36 d’entre eux devraient être implantés dans les prochains mois.
Cette réussite est le fruit d’une étroite collaboration avec les services d’ophtalmologie (HUS), du CARGO (HUS) et de la société Second Sight. L’implantation du système de prothèse rétinienne Argus® II  a été réalisée avec succès par les équipes des Professeurs Hélène Dollfus (CARGO et Institut de Génétique Médicale d’Alsace) et David Gaucher (service d’ophtalmologie du Pr Claude Speeg),  en collaboration avec le Centre de Référence Maladies Rares CARGO (Affections Rares en Génétique Ophtalmique) et le service d’ophtalmologie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.
Le système de prothèse rétinienne Argus II, également appelé « oeil bionique » ou « rétine artificielle » développé par la société Second Sight, leader mondial des prothèses visuelles pour les personnes aveugles, représente l’aboutissement de vingt ans de recherche et de développement conduits dans le but de rendre la vue aux aveugles. Il s’agit du premier et unique implant commercialisé, destiné à restaurer partiellement la vue chez des personnes atteintes de certaines formes de dégénérescence rétinienne. Il a obtenu des autorisations de mise sur le marché en Europe et aux Etats-Unis. Il est utilisé aujourd’hui par plus de 100 patients dans le monde et bénéficie d’un recul clinique de plus de sept ans pour les premiers patients ayant bénéficié de ce traitement révolutionnaire.
Ce traitement s’adresse à des personnes quasiment aveugles dont la vision résiduelle est très réduite suite à des maladies dégénératives telles que la rétinopathie pigmentaire, et motivées à entreprendre une réadaptation visuelle de plusieurs mois », ajoute le Professeur. « C’est une grande satisfaction pour le CARGO d’avoir pu participer à cette aventure médicale hors du commun. »  reconnait le Pr Dollfus, Directrice du Centre de Référence Maladies Rares CARGO aux HUS.
En savoir plus sur
Second Sight Medical Products, Inc a été fondée en 1998 dans le but de créer une prothèse rétinienne capable de restituer la vue de patients non-voyants atteints de dégénérescences rétiniennes périphériques telles que la rétinite pigmentaire. La mission de Second Sight est de développer, fabriquer et de commercialiser des prothèses visuelles implantables afin de permettre à des personnes non-voyantes d’acquérir une plus grande autonomie. Second Sight développe également Orion, une prothèse corticale permettant de restituer la vue de patients non-voyants et dont la cécité est due à des pathologies que l’on ne peut ni éviter ni soigner. Environ 70 000 personnes sont potentiellement éligibles à la future prothèse corticale Orion. Le siège social de Second Sight se trouve à Sylmar, en Californie, et le siège européen se trouve à Lausanne, en Suisse.
Le Centre de référence pour les Affections Rares en Génétique Ophtalmologique (CARGO), un des maillon de l’Institut de Génétique Médicale d’Alsace (IGMA) a été labellisé dans le cadre du Plan Maladies Rares 1 en 2004 et abrite la filière nationale SENSGENE consacrée à la génétique sensorielle depuis 2014. Le CARGO prend en charge sur un plan médical et psycho-social des patients atteints de maladies génétiques de l’oeil tout en coordonnant des projets de recherche. Les dégénérescences héréditaires de la rétine, dont la forme la plus fréquente est la rétinopathie pigmentaire, constituent entre autres, un domaine important de nos actions de prise en charge clinique et de nos activités de recherche notamment dans les formes syndromiques où la rétine et d’autres organes sont concernés comme par exemple les ciliopathies.
A propos du service d’ophtalmologie des HUS
Le service d’ophtalmologie assure une triple mission de soin, de recherche et d’enseignement pour l’ensemble des pathologies de l’œil. Il dispose de structures chirurgicales de pointe permettant la prise en charge médicale et chirurgicale oculaire. Les équipes réalisent 30 000 consultations par an et plus de 3000 interventions chirurgicales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”