Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’unité de liaison des adolescents

Auteur /Etablissement :
Depuis quelques mois, une unité de liaison adolescents intervient sur le CHU et assure un lien thérapeutique auprès de tout adolescent hospitalisé jusqu'à sa prise en charge par une autre structure - si nécessaire.

Depuis quelques mois, une unité de liaison adolescents intervient sur le CHU et assure un lien thérapeutique auprès de tout adolescent hospitalisé jusqu’à sa prise en charge par une autre structure – si nécessaire.

Le Dr Blanchon, chef du service de Psychopathologies de l’enfant et de l’adolescent à Saint-Jean-Bonnefonds, avait en projet la création de cette unité face à une demande croissante. Une enveloppe budgétaire spécifique lui a permis d’obtenir des crédits pour concrétiser ce projet. C’est ainsi que l’unité de liaison adolescents a ouvert le 6 octobre dernier 2003.

Le fonctionnement de l’unité de liaison des adolescents
L’unité intervient à la demande de tout service au sein du CHU, à la suite d’un appel infirmier sur indication médicale.
Deux infirmiers de l’unité se déplacent pour un entretien d’évaluation auprès de l’adolescent. Le patient est ensuite vu lors d’un 2e entretien avec le médecin psychiatre et l’un des infirmiers. Il est alors décidé du suivi de l’adolescent par l’unité de liaison, de sa sortie ou de son hospitalisation – ce qui est assez rare.

les missions de l’unité
L’action de l’unité s’appuie essentiellement sur l’entretien infirmier et la médiation avec l’adolescent. Une médiation est un support à la relation qui permet de développer des relations plus concrètes, moins formelles avec l’adolescent. C’est une autre manière d’entrer en contact avec l’adolescent.
« Notre intervention originale en binôme permet également d’éviter une relation « duelle » toujours complexe avec un jeune. Nous agissons plutôt sur le court terme, rapidement mais jamais en urgence et nous assurons donc un relais thérapeutique pour une période donnée. » commente le Dr Blanchon

Les problèmes psychologiques des adolescents
« Nous intervenons auprès de tout adolescent âgé entre 12 et 17 ans en situation de souffrance psychologique. Il peut s’agir par exemple d’un jeune qui se découvre diabétique et qui refuse le diagnostic posé. Nous travaillons dans ce cas sur l’acceptation de sa maladie. Nous sommes aussi appelés en Pédiatrie B lorsqu’un adolescent est hospitalisé à la suite d’une tentative de suicide. Nous essayons dans ce cas de comprendre le pourquoi de son geste et surtout d’éviter toute banalisation.
En fait notre structure est très évolutive. Nous nous adaptons aux différents services et à chaque patient. Nous apportons également une écoute lorsque les équipes soignantes se sentent démunies devant des situations inhabituelles. L’échange pour nous est essentiel. » conclut le Dr Blanchon.

Article d’Isabelle Zedda

Sur le même sujet

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.