Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lymphome : un traitement sans chimio testé avec succès à Lille

Les résultats d'une vaste étude internationale confirment la piste d'un nouveau traitement pour soigner le lymphome folliculaire sans recours à la chimiothérapie. L'étude RELEVANCE, coordonnée par le Pr Franck Morschhauser, hématologue au CHU de Lille, porte sur une forme d'immunothérapie innovante d'une efficacité similaire au traitement classique mais permettant une amélioration de la qualité de vie du patient.
Les résultats d’une vaste étude internationale confirment la piste d’un nouveau traitement pour soigner le lymphome folliculaire sans recours à la chimiothérapie. L’étude RELEVANCE, coordonnée par le Pr Franck Morschhauser, hématologue au CHU de Lille, porte sur une forme d’immunothérapie innovante d’une efficacité similaire au traitement classique mais permettant une amélioration de la qualité de vie du patient. 
"L’étude RELEVANCE apporte la première démonstration que le concept d’un traitement sans chimiothérapie mais réactivant le système immunitaire peut suffire dans le lymphome folliculaire en situation de forte masse tumorale, et consitue une voie de recherche très prometteuse dans cette maladie", se félicite le Pr Morschhauser.
Au vu des résultats, l’immunomodulation semble faire, selon lui, aussi bien que le traitement standard par immuno-chimiothérapie conventionnelle mais avec un profil de tolérance différent : "principalement moins de chute des globules blancs et d’épisodes de fièvres associés mais plus de réactions cutanées". L’hématologue note en outre "l’absence de chute de cheveux avec le traitement immunomodulateur"

Plus de 4000 personnes diagnostiquées chaque année en France

Le lymphome folliculaire est un cancer du sang se développant dans le tissu lymphatique. Plus de 4000 patients sont diagnostiqués chaque année en France. Cette maladie incurable propose néanmoins une espérance de vie de plus de 15 ans tous patients confondus. L’enjeu médical consiste à traiter les patients au bon moment afin d’éviter la transformation en un lymphome plus agressif, tout en limitant la toxicité du traitement.
Les modalités de prise en charge thérapeutiques dépendent notamment du stade d’évolution de la maladie et des facteurs de risque de progression. Suivant l’évolution du cancer, une simple surveillance, une radiothérapie ou encore un traitement par immunothérapie associé le plus souvent à une chimiothérapie.

Evaluation à suivre sur l’espérance de vie

La recherche clinique menée à Lille joue un rôle prépondérant dans les avancées scientifiques autour du lymphome folliculaire. L’analyse de cette étude et la collecte de données va se poursuivre pendant de nombreuses années, afin d’évaluer l’impact sur l’espérance de vie, les rechutes, mais aussi les mécanismes d’actions de l’immuno-modulation afin d’améliorer le traitement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.