Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladie de Parkinson : les bénéfices de la chirurgie à un stade précoce

L'étude Earlystim démontre l'efficacité de la pose d'électrodes sur certains patients parkinsoniens, à un stade précoce de leur maladie. Depuis 2009, douze personnes ont été soignées selon ce protocole à Nantes (six opérés et six bénéficiant d'un suivi médical optimisé).

L’étude Earlystim démontre l’efficacité de la pose d’électrodes sur certains patients parkinsoniens, à un stade précoce de leur maladie. Depuis 2009, douze personnes ont été soignées selon ce protocole à Nantes (six opérés et six bénéficiant d’un suivi médical optimisé).
L’étude démontre l’intérêt de la stimulation cérébrale profonde dès l’apparition de fluctuations motrices chez le patient, alors que cette indication n’était auparavant posée qu’à un stade avancé de la maladie*. "Il apparaît opportun désormais de proposer la pose d’électrodes dans le noyau sous thalamique aux patients âgés de 40 à 60 ans. D’autres traitements sont proposés aux patients plus âgés", explique le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien.

Modalités d’intervention
Les patients adressés par leur neurologue devront être hospitalisés pour un bilan. S’ils correspondent aux critères requis, le traitement chirurgical pourra leur être proposé. En ce cas, ils seront hospitalisés un dimanche soir pour une intervention le lundi : "Nous posons maintenant les deux électrodes simultanément, sous anesthésie locale, puis, dans la même journée, le stimulateur sous anesthésie générale, ce qui permet de réduire à dix jours le temps d’hospitalisation."
L’équipe du CHU réunit les professeurs Philippe Damier et Pascal Derkinderen et le Dr Tiphaine Rouaud, neurologues, le Dr Sylvie Raoul, neurochirurgien, le Dr Anne Sauvaget, psychiatre, Stéphanie François, psychologue. La coordination était assurée au centre d’investigation clinique (CIC) du CHU de Nantes par Séverine Le Dily.
En 2005, cette équipe avait été nominée aux Victoires de la médecine en 2005 pour ses travaux sur la neurostimulation cérébrale profonde.
*Découverte par une équipe grenobloise à la fin des années 80, la stimulation cérébrale profonde consiste à moduler des  zones précises du cerveau à l’aide d’électrodes reliées à un pacemaker. Elle a révolutionné la prise en charge de certaines affections comme la maladie de Parkinson. La pose des électrodes est réalisée sous anesthésie locale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.