Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladies infectieuses et tropicales : un diagnostic avant les antibiotiques

La fièvre ou l'infection étant par nature non programmable, le CHU de Nice a ouvert une consultation en maladies infectieuses et tropicales permettant l'accès rapide au recours en infectiologie, ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h, sans rendez-vous. Le CHU de Nice met ainsi au service de tous une expertise, quasi-absente en dehors de l'établissement.

La fièvre ou l’infection étant par nature non programmable, le CHU de Nice a ouvert une consultation en maladies infectieuses et tropicales permettant l’accès rapide au recours en infectiologie, ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h, sans rendez-vous. Le CHU de Nice met ainsi au service de tous une expertise, quasi-absente en dehors de l’établissement.
Le recours rapide en infectiologie est conçu en premier lieu pour les médecins prenant en charge des patients présentant des difficultés diagnostiques et/ou thérapeutiques : fièvre qui perdure malgré une ou plusieurs antibiothérapies, infection par des bactéries multi-résistantes, suspicion d’infection liée aux soins (ou nosocomiale), fièvre et/ou d’infections survenant au décours de voyages en pays tropicaux, ou survenant chez des patients dans le système immunitaire est altéré. En effet, la récidive itérative d’infections, parfois considérées comme banales, peut être révélatrice d’une altération du système immunitaire
 Le recours rapide d’infectiologie est assuré par un médecin titulaire du service spécialisé de l’Archet 1 :
– Accueil téléphonique entre médecins au 04 92 03 96 88 de 9h à 18h (hors week-end, hors férié)
– Accueil des patients en urgence orientés par leur médecin de 14h à 17h (hors week-end, hors férié) »
Selon les nécessités liées au diagnostic et/ou aux traitements envisagés, le patient se voit pris en charge en ambulatoire ou en milieu hospitalier, dans tous les cas en coordination avec le médecin traitant grâce à un courrier transmis en temps réel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.