Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Malformations thoraciques : l’attractivité internationale de l’expertise stéphanoise

Une centaine de médecins exerçant dans 23 pays, spécialisés dans le traitement des malformations thoraciques se sont donné rendez-vous au CHU de Saint-Etienne les 1 et 2 octobre 2015. Ils sont venus découvrir les techniques non opératoires et les innovations chirurgicales développées par les Professeurs François Varlet, Chirurgie infantile et Olivier Tiffet, Chirurgie thoracique ; des experts qui figurent parmi les leaders mondiaux de la prise en charge des malformations de la paroi thoracique*.

Une centaine de médecins exerçant dans 23 pays, spécialisés dans le traitement des malformations thoraciques se sont donné rendez-vous au CHU de Saint-Etienne les 1 et 2 octobre 2015. Ils sont venus découvrir les techniques non opératoires et les innovations chirurgicales développées par les Professeurs François Varlet, Chirurgie infantile et Olivier Tiffet, Chirurgie thoracique ; ces deux experts figurent parmi les leaders mondiaux de la prise en charge des malformations de la paroi thoracique*.
Sept interventions sont retransmises en direct dans l’un des amphithéâtres de la nouvelle Faculté de Médecine sur le Campus Santé Innovations.

Les malformations thoraciques (Pectus Excavatum et Carinatum)

Le thorax en carène (carinatum) correspond à une malformation de la partie avant du thorax. Cette partie est en effet orientée plus ou moins en pointe vers l’avant, un peu comme la carène d’un bateau, au lieu d’être plate au niveau du sternum. Une personne ayant un thorax en carène a une amplitude respiratoire limitée. Elle ne peut par exemple inspirer à fond. La déformation en carène est très rarement visible à la naissance, le diagnostic est porté vers 3-4 ans.
C’est lors de la puberté et sa période de croissance rapide que le thorax en carène semble littéralement « sortir » de l’enfant, avec les conséquences parfois désastreuses que cela peut avoir sur l’image de soi de l’adolescent. Cette affection touche un peu plus les garçons que les filles. La cause la plus probable est la croissance excessive de certaines régions des côtes. Les malformations thoraciques constituent une disgrâce physique mais dans ses formes sévères peut présenter des manifestations fonctionnelles sur le cœur et les poumons, en plus de sa répercussion psychologique très importante.
A l’inverse, le pectus excavatum ou thorax en entonnoir correspond à un « enfoncement » du sternum dans la cavité thoracique. Il entraine les mêmes répercussions psychologiques et respiratoires.
Le traitement
Le traitement chirurgical nécessitait jusqu’à présent une intervention particulièrement lourde.
Récemment, plusieurs auteurs ont proposé d’une part une alternative opératoire moins lourde et d’autre part une alternative non opératoire basée sur l’élasticité du thorax chez l’enfant, qui peut être remodelé par des systèmes de compression externe. Ce traitement non chirurgical permet de prendre en charge plus tôt cette malformation et d’éviter une probable intervention chirurgicale.
*Donald Nuss et Robert Kelly (Etats-Unis), Marcelo Martinez-Ferro (Argentine), Patricio Varela (Chili), Hyung Joo Park (Corée), Mustapha Yuskel (Turquie), Hans Pilegaard (Danemarl), Carlos Bardaji Pascual (Espagne), Frank-Martin Haecker (Suisse), José Ribas de Campos (Brésil), Sjoerd De Beer (Hollande), Jean-Marie Wihlm (Hôpital Cochin – Paris), Guillaume Jondeau (Hôpital Claude Bichat – Claude Bernard – Paris) et Frédéric Costes (CHU de Saint-Etienne).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.