Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Manger peu de fruits et de légumes accroît le risque de cancer – CQFD

Pour la première fois dans un pays industrialisé une étude de santé publique - l'étude SUVIMAX - démontre scientifiquement le lien entre la faible consommation de fruits et de légumes et le risque accru de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

Pour la première fois dans un pays industrialisé une étude de santé publique – l’étude SUVIMAX – démontre scientifiquement le lien entre la faible consommation de fruits et de légumes et le risque accru de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

Démonstration est également faite de la relation entre un taux bas de carotène dans le sang et un risque accru de cancer chez les hommes. Cette relation est confirmée par le fait que la supplémentation en antioxydant diminue de 31% le risque de cancers et de 37% la mortalité chez les hommes de la cohorte.
Chez les femmes, de tels constats n’ont pu être vérifiés car leur nutrition est, dans l’ensemble, plus équilibrée. Quant au risque de maladies cardiovasculaires il semble beaucoup plus lié à un apport insuffisant en certains acides et en acide folique.

Selon le Pr Favier du département de biologie intégrée du CHU de Grenoble, l’apport des antioxydants vitaminiques et minéraux permettrait d’éviter 12 000 (9 %) à 50 000 (37%) nouveaux cas de cancer sur les 135 000 observés chaque année. Des données précieuses en terme de santé publique.

Pour arriver à ces conclusions il a fallu 8 ans d’études, la mobilisation d’une cohorte de 13 000 volontaires (7 886 femmes âgées de 45 à 60 ans et 5 131 hommes de 45 à 60 ans) qui ont absorbé chaque jour soit une gélule de supplément (vitamine C, vitamine E, béta carotène, zinc, sélénium) soit une gélule placebo et la coopération d’experts de différentes disciplines : Le Professeur Serge Hercberg de l’INSERM-CNAM à Paris et au CHU de Grenoble : le Pr Favier qui travaille sur les mécanismes des maladies dues aux radicaux libres, le Dr Josiane Arnaud pour l’étude des oligoéléments minéraux, le Dr Marie-Jeanne Richard pour l’étude des enzymes antioxydants, le Pr Anne-Marie Roussel pour la mise en place du protocole, de nombreux biologistes. L’équipe de Grenoble a assuré la coordination des volontaires du Sud-Est de la France et la réalisation des bilans biologiques de l’ensemble des volontaires.
Le CHU de Grenoble a fourni les locaux. Les aides financières de la ville de Grenoble et des industriels ont permis de rénover les salles du laboratoire SUVIMAX.

La fin de l’étude a donné lieu à un événement « à la hauteur des efforts et de la ténacité des chercheurs mais surtout du dévouement et de la persévérance des 13 000 volontaires ». Le 21 juin 2003, volontaires, chercheurs, sponsors étaient réunis au Stade Roland Garros en présence du Ministre de la Recherche Madame Claudie Haigneré et avec les encouragements télévisuels du Président de la République.

A suivre…
Aujourd’hui l’équipe de Grenoble poursuit le traitement des données, il reste encore de nombreuses analyses à effectuer. Elle se prépare également pour le démarrage du nouveau protocole : l’étude SULFOLOM. Il s’agira de rechercher le bénéfice pour les malades atteints de troubles coronaires sévères d’un apport supplémentaire en vitamines du groupe B et en acides gras insaturés de la famille omega3.

D’après un texte du Pr Alain Favier
Département de biologie intégrée
CHU de Grenoble

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.