Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Matériel d’imagerie moléculaire par spectrométrie de masse à Nice

Equipement très pointu et utilisé dans seulement deux autres établissements en France, «l'imagerie moléculaire par spectrométrie de masse» a été inaugurée à l'Hôpital Pasteur du CHU de Nice, le jeudi 10 septembre 2009.(1)

Equipement très pointu et utilisé dans seulement deux autres établissements en France, « l’imagerie moléculaire par spectrométrie de masse » a été inaugurée à l’Hôpital Pasteur du CHU de Nice, le jeudi 10 septembre 2009.(1)

Cet appareil est financé par le Conseil général à hauteur de 420 000 euros dans le cadre de l’Appel à projets « Innovations techniques ou technologiques dans le domaine de la santé et de la lutte contre le cancer ». Porté par le CHU de Nice, et unique en région PACA, ce projet présente un caractère novateur incontournable au sein du pôle de biologie-pathologie du CHU de Nice. En effet, son utilisation va permettre d’améliorer considérablement l’analyse des biopsies par définition précise des substances biochimiques qu’elles renferment, et par là même, le diagnostic.

Son fonctionnement est simple un faisceau laser est dirigé sur une biopsie et en disperse une partie des molécules qui la composent : les biomarqueurs (qui sont les indicateurs d’une pathologie ou de sa progression).

Ces biomarqueurs sont immédiatement récupérés par le spectromètre et analysés automatiquement en fonction de leur poids moléculaire ce qui permet d’affiner le diagnostic.

Les travaux actuels consistent, après analyse comparative des tissus sains et des tissus pathologiques, à repertorier les biomarqueurs dans une base de données. A terme, les diagnostics sont considérablement affinés (par exemple, détection d’une lésion cancéreuse dans le cadre d’un examen anatomopathologique et de son degré de malignité).

L’appareil est utilisé depuis six mois par le Dr Mengual, qui travaille plus particulièrement sur le cancer du poumon au sein du laboratoire de Biologie.

Seuls trois sites en France (Nice, Lille et Rennes) disposent d’un tel équipement.

Devant le succès du premier appel à projet, qui a d’ailleurs été récompensé par une Marianne d’Or en avril 2006, le Conseil général a renouvelé son action et 15 millions d’euros de crédit ont été mobilisés en trois ans, entre 2006 et 2008, qui ont permis de financer 84 projets innovants dans le domaine de la santé.

Ainsi, en 2007, sur 51 dossiers reçus répondant au cahier des charges de l’appel à projets santé, 31 ont été retenus dont celui-ci. Sur les 31 projets, 18 d’entre eux concernaient le Cancer (recherche, dépistage, diagnostic et traitement), 2 dossiers étaient relatifs au Handicap, 6 à la Recherche, 2 à la Formation ; 1 dossier traitait des pathologies oculaires et 2 autres abordaient la territorialisation des équipements.

Engagées dans une politique volontariste et dynamique en matière de santé, les Alpes-Maritimes reflètent l’image d’un pôle santé d’excellence et d’innovation.

(1) l’inauguration a été faite par MM. Christian Estrosi, Ministre chargé de l’Industrie, Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur et Eric Ciotti, Député, Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, en présence du Pr Daniel Benchimol, Conseiller général, Adjoint au Maire de Nice, délégué à la Santé et Doyen de la Faculté de médecine et Emmanuel Bouvier Muller, Directeur Général du CHU de Nice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.