Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Matériel d’imagerie moléculaire par spectrométrie de masse à Nice

Equipement très pointu et utilisé dans seulement deux autres établissements en France, «l'imagerie moléculaire par spectrométrie de masse» a été inaugurée à l'Hôpital Pasteur du CHU de Nice, le jeudi 10 septembre 2009.(1)

Equipement très pointu et utilisé dans seulement deux autres établissements en France, « l’imagerie moléculaire par spectrométrie de masse » a été inaugurée à l’Hôpital Pasteur du CHU de Nice, le jeudi 10 septembre 2009.(1)

Cet appareil est financé par le Conseil général à hauteur de 420 000 euros dans le cadre de l’Appel à projets « Innovations techniques ou technologiques dans le domaine de la santé et de la lutte contre le cancer ». Porté par le CHU de Nice, et unique en région PACA, ce projet présente un caractère novateur incontournable au sein du pôle de biologie-pathologie du CHU de Nice. En effet, son utilisation va permettre d’améliorer considérablement l’analyse des biopsies par définition précise des substances biochimiques qu’elles renferment, et par là même, le diagnostic.

Son fonctionnement est simple un faisceau laser est dirigé sur une biopsie et en disperse une partie des molécules qui la composent : les biomarqueurs (qui sont les indicateurs d’une pathologie ou de sa progression).

Ces biomarqueurs sont immédiatement récupérés par le spectromètre et analysés automatiquement en fonction de leur poids moléculaire ce qui permet d’affiner le diagnostic.

Les travaux actuels consistent, après analyse comparative des tissus sains et des tissus pathologiques, à repertorier les biomarqueurs dans une base de données. A terme, les diagnostics sont considérablement affinés (par exemple, détection d’une lésion cancéreuse dans le cadre d’un examen anatomopathologique et de son degré de malignité).

L’appareil est utilisé depuis six mois par le Dr Mengual, qui travaille plus particulièrement sur le cancer du poumon au sein du laboratoire de Biologie.

Seuls trois sites en France (Nice, Lille et Rennes) disposent d’un tel équipement.

Devant le succès du premier appel à projet, qui a d’ailleurs été récompensé par une Marianne d’Or en avril 2006, le Conseil général a renouvelé son action et 15 millions d’euros de crédit ont été mobilisés en trois ans, entre 2006 et 2008, qui ont permis de financer 84 projets innovants dans le domaine de la santé.

Ainsi, en 2007, sur 51 dossiers reçus répondant au cahier des charges de l’appel à projets santé, 31 ont été retenus dont celui-ci. Sur les 31 projets, 18 d’entre eux concernaient le Cancer (recherche, dépistage, diagnostic et traitement), 2 dossiers étaient relatifs au Handicap, 6 à la Recherche, 2 à la Formation ; 1 dossier traitait des pathologies oculaires et 2 autres abordaient la territorialisation des équipements.

Engagées dans une politique volontariste et dynamique en matière de santé, les Alpes-Maritimes reflètent l’image d’un pôle santé d’excellence et d’innovation.

(1) l’inauguration a été faite par MM. Christian Estrosi, Ministre chargé de l’Industrie, Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur et Eric Ciotti, Député, Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, en présence du Pr Daniel Benchimol, Conseiller général, Adjoint au Maire de Nice, délégué à la Santé et Doyen de la Faculté de médecine et Emmanuel Bouvier Muller, Directeur Général du CHU de Nice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”