Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maternité : des petites attentions qui font la différence

Plus de réveil pour la première collation de la journée mais une pièce chaleureuse où les mamans et futures mamans peuvent se retrouver et partager un petit déjeuner continental en libre-service. Plus d’entrée intempestive pour un soin non urgent mais une adaptation au rythme du nouveau-né et de la maman. Des petits plus qui laisseront un excellent souvenir aux jeunes mères ayant choisi d’accoucher à la maternité du CHU Dijon Bourgogne.
Plus de réveil pour la première collation de la journée mais une pièce chaleureuse où les mamans et futures mamans peuvent se retrouver et partager un petit déjeuner continental en libre-service. Plus d’entrée intempestive pour un soin non urgent mais une adaptation au rythme du nouveau-né et de la maman. Des petits plus qui laisseront un excellent souvenir aux jeunes mères ayant choisi d’accoucher à la maternité du CHU Dijon Bourgogne.
Ces aménagements sont le résultat d’une réflexion globale conduite par les équipes médicales et paramédicales du CHU qui placent l’offre dispensée en maternité au service de la parentalité.
L’un des grands axes d’attention porte sur le respect des rythmes mère/enfant, rythmes très particuliers à cette période de vie. Ainsi, toute intervention ne présentant pas de caractère d’urgence sera reportée à un moment où l’enfant et la mère seront disponibles. A cet effet, les jeunes mères disposent d’une pancarte à apposer sur leur porte à l’attention des équipes. 
Pour soutenir cette démarche qualité, l’ensemble des professionnels bénéficie de formations sur des thèmes sur l’alimentation du nouveau-né ou sur les liens parents-enfant comme les moments de peau à peau, les techniques de soins apaisantes pour le nourrisson…

Et bientôt une salle de naissance orientée sur la physiologie dite salle « nature » sera créée au sein du service. En accord avec l’équipe médicale, les patientes qui le souhaitent pourront ainsi accoucher dans un environnement convivial et accueillant offrant des alternatives aux méthodes d’accouchement habituel : choix de la position, équipements favorisant la physiologie, présence d’une baignoire adaptée pour favoriser la détente… La proximité avec les salles de naissance classiques permettra de garantir un cadre sécurisé en cas de risque pour le foetus ou la mère. 

Au-delà de l’approche médicale inhérente à l’accouchement, les équipes dijonnaises reconnaissent l’importance de tous les à-côtés qui participent au bien-être, à la convivialité, au bonheur des parents et de leurs enfants. 

Seul établissement de type 3 en Bourgogne, la structure allie désormais qualité des soins et des prestations pour l’ensemble de ses patientes, y compris celles suivies dans le cadre de grossesses à risque et/ou très surveillées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.