Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mission « mains propres » au CHU de Nantes

Le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports fait la promotion de l'hygiène des mains au sein de tous les établissements de santé du territoire à travers une journée nationale sur l'hygiène des mains, programmée le vendredi 23 mai 2008, et nommée « Mission mains propres ».

Le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports fait la promotion de l’hygiène des mains au sein de tous les établissements de santé du territoire à travers une journée nationale sur l’hygiène des mains, programmée le vendredi 23 mai 2008, et nommée « Mission mains propres ».

L’hygiène des mains tient une part indiscutable dans le dispositif de lutte contre les infections nosocomiales et plus particulièrement dans la gestion du risque infectieux lié à la transmission manuportée, première cause des infections associées aux soins.

Les cinq enquêtes de prévalence réalisées sur le CHU de Nantes, depuis 10 ans, ont montré une baisse significative du taux d’infections nosocomiales (-34% entre 1996 et 2006), reflétant le dynamisme et l’implication des personnels soignants du CHU dans la gestion du risque infectieux, en particulier dans le domaine de l’hygiène des mains et la réalisation de friction hydro-alcoolique (FHA).

La FHA est la technique d’hygiène des mains priorisée en situation de soins (établissements de santé, exercice libéral, domicile, urgence extra-hospitalière). Elle se pratique à l’aide d’un produit hydro-alcoolique, en remplacement du lavage des mains.

Un des indicateur de la qualité de la gestion du risque infectieux dans les établissements de soins, rendu public annuellement, est l’indicateur de consommation de solution hydro-alcoolique (ICSHA). Il classe les établissements de santé en quatre catégories (de la classe A, la meilleure, à D) en fonction de leur volume de produit hydro-alcoolique consommé, au regard de leur activité.
Les résultats de l’ICSHA 2006, rendu publics en janvier 2008, placent le CHU de Nantes en classe de performance B (25% des CHU en classe A et B).

Parallèlement à l’augmentation de la consommation de produits hydro-alcooliques, et à sa bonne utilisation, de nombreuses études ont observé une diminution du nombre d’infections nosocomiales et de bactéries multi-résistantes. Ces multiples expériences d’observation concomitante de l’augmentation de la consommation de PHA et de la baisse de la fréquence des infections participent au faisceau d’arguments en faveur d’une relation causale entre cette stratégie d’hygiène des mains et son impact sur la maîtrise du risque infectieux

Aussi, le 23 mai, le CHU de Nantes, s’associe à la journée nationale « mission mains propres » par le biais de son équipe opérationnelle d’hygiène, sous l’égide du comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN). Des ateliers pédagogiques promoteurs de l’hygiène des mains sont organisés au sein du CHU, à destination des professionnels.

Par ailleurs, 4 000 flyers faisant la promotion des produits hydro-alcooliques seront distribués aux patients hospitalisés. Ceci dans le but de favoriser le dialogue avec les professionnels de santé autour de l’importance de l’hygiène des mains dans la prévention des infections nosocomiales.

Contact : Anne Claire Guille des Buttes, cadre de santé de l’équipe opérationnelle d’hygiène au 02 40 08 45 27

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”