Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Monoxyde de carbone : trop d’accidents liés au chauffage alerte le CHU

Le retour du froid marque celui des accidents liés au chauffage prévient le Dr Andréas Kauert médecin responsable de l’unité de Traitement par Oxygène Hyperbare du CHU de Nice*. En 2011, 44 victimes, âgées de 4 mois à 89 ans ont été traitées dans son service, en chambre hyperbare à l’hôpital Pasteur. Première cause d'empoisonnement mortel l'intoxication au monoxyde de carbone connaît chaque année un pic de janvier à avril.

Le retour du froid marque celui des accidents liés au chauffage prévient le Dr Andréas Kauert médecin responsable de l’unité de Traitement par Oxygène Hyperbare du CHU de Nice*. En 2011, 44 victimes, âgées de 4 mois à 89 ans ont été traitées dans son service, en chambre hyperbare à l’hôpital Pasteur.  Première cause d’empoisonnement mortel l’intoxication au monoxyde de carbone connaît chaque année un pic de janvier à avril. 
35 victimes ont été transportées par le Samu 06 et 9 ont été admises en provenance d’un service d’urgences des hôpitaux St Roch, Fréjus, Monaco. 9 ont été victimes d’intoxications  individuelles et 35 victimes intoxications collectives. 25 sont retournées à leur domicile après traitement Hyperbare ; 19 ont été hospitalisées après traitement.
Les origines des intoxications se répartissent entre : chaudière 21 cas ; feu d’appartement 15 cas ; brasero en intérieur 5 cas ; groupe électrogène 2 cas ; moteur essence 1 cas.
L’inhalation d’un gaz particulièrement toxique, le monoxyde de carbone (CO) issu de la combustion des matières organiques dans des conditions d’apport insuffisant en oxygène, entraîne une intoxication. Les symptômes de l’intoxication légère sont des maux de tête, des vertiges, et des manifestations grippales… Incolore, inodore, insipide et non irritant, ce gaz est difficile à détecter pour les personnes exposées.
Conseils : vérifiez que les ventilations de vos pièces ne soient pas obturées ; entretenez vos chauffages et en particulier cuisinières à bois, à charbon, à gaz ou à fioul, chauffages mobiles d’appoint, chauffe-eau et chauffe-bain, inserts de cheminées, poêles, vétusté des appareils…
*Pôle Neurosciences, chef de Pôle Pr Claude Desnuelle

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”