Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mucoviscidose (CRCM) et transplantation pulmonaire adulte : un service sur mesure

Afin d’accueillir dans les meilleures conditions des patients atteints de mucoviscidose ou ayant subi une greffe pulmonaire, le service de pneumologie de l’hôpital Nord a été entièrement rénové pour un montant de 1,6 million d’euros, grâce notamment au soutien de l’association Grégory Lemarchal. Tout est pensé et conçu pour que le patient se sente non pas à l’hôpital, mais dans un milieu accueillant permettant de créer son intimité : mobilier hôtelier, rafraîchisseurs d’air... D’une capacité de 22 lits ce service est dirigé par le Pr Martine Reynaud-Gaubert.

Afin d’accueillir dans les meilleures conditions des patients atteints de mucoviscidose ou ayant subi une greffe pulmonaire, le service de pneumologie de l’hôpital Nord a été entièrement rénové pour un montant de 1,6 million d’euros, grâce notamment au soutien de l’association Grégory Lemarchal. Tout est pensé et conçu pour que le patient se sente non pas à l’hôpital, mais dans un milieu accueillant permettant de créer son intimité : mobilier hôtelier, rafraîchisseurs d’air… D’une capacité de 22 lits ce service est dirigé par le Pr Martine Reynaud-Gaubert.
Un soin particulier est porté à la création de salles de bains. Eva, une patiente greffée a donné son point de vue à chaque réunion “Il fallait éviter de concevoir un endroit trop exigu ou oppressant”, raconte-t-elle. “Ce n’est déjà pas agréable en temps normal, alors imaginez quand vous avez du mal à respirer, que vous êtes relié à l’oxygène et devez subir les vapeurs d’eau chaude de la douche…”
Les chambres sont également dotées d’indispensables rafraîchisseurs d’air.
La rénovation a été suivie de près par la décoratrice de l’Association. “Il est important de préciser que tout cela répond aux normes strictes d’hygiène et de sécurité imposées pour ces malades fragiles, immunodéprimés et sujets aux infections ” ajoute le professeur Reynaud-Gaubert. Les aménagements ont été également pensés pour améliorer les conditions de travail des personnels Le chantier s’est déroulé sous l’œil vigilant et attentionné de la direction des Travaux et des Services techniques de l’AP-HM
Données repères sur le service de pneumologie
Le service de pneumologie de l’AP-HM a été transféré en 2010 de l’hôpital Sainte- Marguerite à l’hôpital Nord
Montant total des travaux :1,6 M € dont 400 000 € pris en charge par l’Association Grégory Lemarchal
Rénovation de 22 lits dont 3 chambres doubles
Création de la salle des familles
Equipements hôteliers et décoration :73 000€ (pris en charge par l’Association Grégory Lemarchal)
Aménagement des chambres, de la salle des familles et de la salle d’attente, fauteuils, chaises, tables, luminaires, tableaux, toiles tendues, réfrigérateurs, fours micro-ondes
En savoir plus sur l’association Grégory Lemarchal
Créée en juin 2007, après le décès de l’artiste Grégory Lemarchal des suites de la mucoviscidose : l’association a pour vocation d’améliorer le bien-être au quotidien des personnes atteintes de mucoviscidose ; de sensibiliser l’opinion publique à la réalité de la maladie, de financer la recherche et  d’informer sur le don d’organes.
L’association a participé activement à la conception et à la réalisation d’un environnement agréable pour adoucir le quotidien de patients qui effectuent généralement des séjours longs et répétés à l’hôpital. Pierre Lemarchal, président de l’association, précise : « Notre principale préoccupation lorsque nous intervenons comme ici dans l’enceinte d’un hôpital, est d’offrir aux patients, à leur famille, et au personnel médical un univers qui réponde à leurs attentes. Un univers apaisé, sécurisé, où se faire soigner est moins angoissant et où travailler dans de bonnes conditions est normal ».
Dans le même esprit, en 2011, l’Association Gregory Lemarchal avait activement participé à la rénovation du service de consultations du CRCM Pédiatrique de la Timone.
www.association-gregorylemarchal.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.