Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mutilation génitale : Lyon soutient et répare les femmes

Excision, infibulation, plus de 50 000 femmes ont subi une mutilation génitale en France. Blessées dans leur féminité, elles souffrent physiquement et psychiquement. Cette atteinte à leur intégrité a aussi des répercussions sur leur vie sexuelle. A l’occasion de la journée internationale contre les mutilations génitales qui se déroule le 6 février, le service de gynécologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL présente le dispositif déployé pour accompagner ces victimes. Cette organisation mise en place voici 8 ans, conjugue prise en compte de la dimension psychologique de l'agression et expertise chirurgicale.
Excision, infibulation, plus de 50 000 femmes ont subi une mutilation génitale en France. Blessées dans leur féminité, elles souffrent physiquement et psychiquement. Cette atteinte à leur intégrité a aussi des répercussions sur leur vie sexuelle. A l’occasion de la journée internationale contre les mutilations génitales qui se déroule le 6 février, le service de gynécologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL présente le dispositif déployé pour accompagner ces victimes. Cette organisation mise en place voici 8 ans, conjugue prise en compte de la dimension psychologique de l’agression et expertise chirurgicale.
L’excision expose les femmes à des problèmes de santé (infections urinaires et gynécologiques) et à des complications au moment de l’accouchement. Une femme excisée sur 10 est gênée au quotidien pour uriner marcher ou porter certains vêtements. Dans le domaine sexuel leur vécu est peu satisfaisant voire douloureux. Un protocole de chirurgie réparatrice offre la possibilité, pour les femmes qui en ressentent le besoin, de se rapprocher d’une intégrité anatomique perdue. Plus de la moitié des enquêtées connaissent cette intervention. 5% y ont recours ou sont en cours de démarche et 20% se disent intéressées*.  

Le service de gynécologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL est seul service de la région à proposer un dispositif d’accueil et d’accompagnement pluridisciplinaire aux femmes demandant une réparation chirurgicale. L’équipe formée d’un chirurgien gynécologue, d’une psychologue, d’un sexologue et d’une sage-femme, accueille, oriente, prend en charge et accompagne les femmes en vue d’une éventuelle réparation chirurgicale.

Les femmes souhaitant obtenir plus d’information sur ce dispositif, peuvent désormais prendre contact auprès de la sage-femme référente du Centre de Planification et d’Education Familiale du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL au 04 26 73 96 24 qui expliquera le déroulement de la prise en charge. (ouverture de la ligne à partir du 9 février).
Le service de gynécologie travaille en étroite collaboration avec le Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (GAMS) de la région Rhône-Alpes.
Définition : Les mutilations génitales féminines sont définies par l’Organisation Mondiale de la Santé comme des «interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme et/ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée à des fins non thérapeutiques».
*Ces données sont extraites d’une enquête menée par l’Institut national d’études démographiques – 2009. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.