Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La recherche hospitalo-universitaire au féminin, à Nancy

Re.Med., la revue de la recherche médicale du CHRU de Nancy, dans son dernier numéro « Les femmes aussi… »*, livre les portraits d’une vingtaine de "chercheurs en santé" au féminin. Venues d’horizons très différents, ces médecins, pharmaciens, ingénieurs hospitaliers et, aussi, infirmières, sages-femmes ou encore administrateurs, conjuguent avec talent leurs activités de santé, leurs responsabilités hospitalières et leurs travaux liées à la recherche. Pourquoi s'y sont-elles engagées ?

Re.Med., la revue de la recherche médicale du CHRU de Nancy, dans son dernier numéro « Les femmes aussi  »*, livre les portraits d’une vingtaine de "chercheurs en santé" au féminin. Joëlle, Valérie, Nathalie… Venues d’horizons très différents, ces médecins, pharmaciens, ingénieurs hospitaliers et, aussi, infirmières, sages-femmes ou encore administrateurs, conjuguent avec talent leurs activités de santé, leurs responsabilités hospitalières et leurs travaux liées à la recherche.
Pourquoi se sont-elles aventurées en ces terres austères ?

Pas seulement pour accéder à une carrière hospitalo-universitaire, accroître les connaissances ou partager des savoirs, mais aussi pour renouveler leurs pratiques en s’ouvrant à des façons différentes de réfléchir. La recherche est pour elles l’opportunité de défricher de nouveaux champs d’expertise et de mobiliser les énergies autour de projets importants pour les patients.
Quel est leur point commun ?


L’audace peut-être "Les thématiques qu’elles ont choisies qui concernent souvent des spécialités peu répandues, des champs nouveaux qu’elles veulent défricher." analyse Michèle Kessler, Professeur émérite de Néphrologie, une des premières femmes au parcours hospitalo-universitaire au sein du CHRU de Nancy et responsable éditoriale de ce sixième numéro. "Leurs études sont très transversales et pluridisciplinaires et elles n’hésitent pas à utiliser des méthodes qui viennent bousculer la méthodologie classique de la recherche clinique centrée sur la médecine fondée sur les preuves".

Pr Michèle Kessler ©CHRU de Nancy
Ces choix téméraires expliquent pourquoi la valorisation de leur recherche apparaît plus difficile. Le Pr Kessler, déplore à ce titre l’écart manifeste entre hommes et femmes promoteurs de recherche et ce, malgré un accroissement constant du nombre de femmes : « Elles publient moins, elles sont plus souvent premières auteures, mais plus rarement dernières auteures ce qui signifie qu’elles ne dirigent pas d’équipe de recherche ; elles reçoivent moins de financement et contribuent à des articles qui sont moins souvent cités ». Ces femmes sont pénalisées par un manque de reconnaissance savent pourtant puiser leur motivation exceptionnelle dans leurs travaux. « Elles partagent une même passion pour ce métier qui est jalonné de réussites et d’échecs  et éprouvent surtout la conviction qu’elles s’investissent pour être utiles aux patients » explique Laurence Verger, rédactrice en chef qui a réalisé les entretiens.
Au sommaire
Profil : Sociologue en santé
Joëlle Kivitz, maître de conférences en sociologie à la faculté de médecine de Nancy
La femme qui voulait y voir plus clair
Valérie Laurent, radiologue viscérale 
Évaluation des interventions complexes : casse-têtes et prises de bec
Nathalie Thilly, épidémiologiste, responsable médicale de l’unité d’investigation, clinique de la plateforme d’aide à la recherche clinique du CHRU 
DIAPASON pour donner le Do du don d’organes
Lisa Humbertjean, médecin neuro vasculaire, coordonnatrice de DIAPASON 
La maternité source de savoirs
Marine Beaumont, co responsable du Centre d’Investigation Clinique Innovation Technique (CIC-IT)
Charline Bertholdt, médecin, référente recherche du pôle gynécologie obstétrique 
Ce que sage-femme veut, la recherche le peut !
Gaelle Ambroise, sage-femme
Recherche en Néphrologie : la greffe prend !
Sophie Girard, néphrologue 
Cours, Anne- Charlotte, cours…
Anne-Charlotte Dupont, médecin du sport 
Chirurgie digestive : à la recherche du vrai bénéfice
Adeline Germain, chirurgien digestif 
Au diable la varice !
Jessie Risse, médecin vasculaire 
Patriciens Hospitaliers : elles, et ils, cherchent aussi !
Christine Selton Suty, cardiologue
Microbiote intestinal : la santé en perspectives
Corentine Alauzet, bactériologiste 
Expertise, éloquence et réseau, recherchés
Louise Tyvaert, neurologue 
Les bonheurs de Sophie
Sophie Visvikis Siest, Directrice de l’unité Inserm/Université de Lorraine 1122 "Interactions Gène-Environnement en Physiopathologie Cardio-Vasculaire"
Enfants grands brûlés : la recherche à fleur de peau
Laetitia Goffinet, chirurgien plastique 
Découvrir la recherche pour de vrai
Isabelle Perot, puéricultrice 
Rhumatologie : la recherche sur, par et avec les patients
Anne Christine Rat, rhumatologue
Chercher à garder la mémoire
Thérèse Jonveaux, neurologue 
Stratégie de recherche : lui donner plus de lisibilité
Sylvie Gamel, directrice du département « Stratégie"
« Ne dites pas à ma mère que je suis global manager elle me croit animatrice de réseau »
Bénédicte Rossignol, global manager du  réseau de recherche INI CRCT 
Chercher oui, mais pas à tout prix !
Sandrine Rocle, Responsable promotion interne et Qualité de la Direction de la Recherche et de l’Innovation du CHRU de Nancy
Charlotte Daguin, responsable de la promotion externe et des partenariats de la Recherche et de l’Innovation du CHRU de Nancy 
MARCAGE.FR la plateforme pour étudier l’âge de nos artères
Laure Joly, référente recherche du Pôle des maladies du vieillissement
Soins palliatifs : trouver la légitimité
Aline Henry, médecin, équipe mobile de soins palliatifs de l’Institut de Cancérologie de Lorraine
Liens vers la revue 
*en référence à une émission de télévision présentée par Eliane Victor, journaliste et pionnière, qui a consacré en 1968 un numéro spécial sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.