Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes : capitale de la prévention du jeu excessif

Les jeux de hasard et d'argent sont des activités très prisées des Français. Pourtant, on estime qu'environ 600 000 à 1,8 millions joueurs auraient une pratique de jeu excessif, voire pathologique. Cette dépendance peut conduire à des situations d'endettement et d'isolement social graves. C'est pourquoi le CHU de Nantes, la Française des jeux et le PMU ont signé une convention en décembre dernier pour créer le premier centre de référence sur le jeu excessif en France. Il sera inauguré le jeudi 16 octobre 2008. Localisé à l'hôpital Saint-Jacques, au sein du pôle universitaire d'addictologie et psychiatrie dirigé par le professeur Jean-Luc Vénisse, le centre de référence sur le jeu excessif (CRJE), est dédié à la recherche et à la prévention sur le jeu excessif et le jeu pathologique.

Les jeux de hasard et d’argent sont des activités très prisées des Français. Pourtant, on estime qu’environ 600 000 à 1,8 millions joueurs auraient une pratique de jeu excessif, voire pathologique. Cette dépendance peut conduire à des situations d’endettement et d’isolement social graves. C’est pourquoi le CHU de Nantes, la Française des jeux et le PMU ont signé une convention en décembre dernier pour créer le premier centre de référence sur le jeu excessif en France. Il sera inauguré le jeudi 16 octobre 2008.
Localisé à l’hôpital Saint-Jacques, au sein du pôle universitaire d’addictologie et psychiatrie dirigé par le professeur Jean-Luc Vénisse, le centre de référence sur le jeu excessif (CRJE), est dédié à la recherche et à la prévention sur le jeu excessif et le jeu pathologique.

Initiative conjointe du CHU de Nantes et de deux opérateurs privés, la Française des jeux et le pari mutuel urbain (PMU), dans le cadre du développement de leur politique du jeu responsable, ce centre de référence réunit un espace de recherche, de formation et d’information à destination des chercheurs, des professionnels de santé et du social, et du grand public. Sa vocation : améliorer les connaissances en matière de conduites de jeu. Il s’agit notamment de contribuer à une meilleure connaissance des facteurs de vulnérabilité et de risque pour le jeu pathologique. Les équipes conduiront notamment des actions de prévention du jeu à risque et pathologique comprenant les jeux de hasard et d’argent, les jeux vidéos et les cyberaddictions.

La structure comporte un centre de documentation comprenant un fonds d’ouvrages et d’articles de revues traitant des jeux de hasard et d’argent, des jeux vidéos, des cyberaddictions, du jeu excessif et pathologique, mais également des autres addictions comportementales : achats compulsifs, troubles alimentaires (anorexie – boulimie), dépendance au sport, dépendance sexuelles, dépendance sectaire et dépendance affective.

Pour les patients présentant des conduites de jeu problématique et nécessitant une prise en charge spécifique, le centre diffusera des modalités de repérage, d’évaluation et de traitement, ou d’orientation vers des structures spécialisées – dans l’esprit des préconisations de l’expertise collective Inserm publiée en juillet dernier 2008.

Reconnaissance des addictions comportementales
CRJE première étape d’un projet plus vaste : la création d’un département pour la recherche et la formation sur les addictions comportementales (Drefac) qui comprendra deux autres centres de référence l’un sur les dépendances alimentaires et sportives, l’autre sur les dépendances sectaires, sexuelles et affectives.

L’inauguration marque également la mise en ligne du site internet du centre, qui sera effective à la mi-octobre : www.crje.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”