Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nîmes : une 2ème crèche sur le lieu de travail pour améliorer la qualité de vie

« Améliorer la qualité de vie au travail en aidant les jeunes parents à concilier engagements professionnels et familiaux » Telle est l’ambition du CHU de Nîmes qui vient de créer un nouveau centre multi accueil de 60 places destiné aux enfants de ses personnels médicaux et paramédicaux. Pour mener à bien cette initiative le CHU a confié la gestion de la crèche et du personnel à Vivadom Petite Enfance par délégation de service public (DSP).
« Améliorer la qualité de vie au travail en aidant les jeunes parents à concilier engagements professionnels et familiaux » Telle est l’ambition du CHU de Nîmes qui vient de créer un nouveau centre multi accueil de 60 places destiné aux enfants de ses personnels médicaux et paramédicaux. Pour mener à bien cette initiative le CHU a confié la gestion de la crèche et du personnel à Vivadom Petite Enfance par délégation de service public (DSP).
Implanté sur le campus hospitalo-universitaire Carémeau à Nîmes, ce projet vient compléter l’offre existante de 82 places (dont 27 places en crèche familiale). Cette structure gérée par le CHU ne pouvait plus répondre aux nouvelles demandes de familles qui peinent à trouver un mode d’accueil pour leur enfant, adapté à leurs horaires. 
Grâce à l’ouverture de cette deuxième crèche, les retours de congé maternité/parental se vivront plus simplement, les formalités et les démarches restant limitées. Les parents apprécieront de savoir leur enfant à proximité, dans un lieu sûr et confortable. 
La Caisse d’allocations familiales (CAF) du Gard a donné son accord pour le financement à hauteur de 34 % de l’investissement. Son soutien à la nouvelle structure se manifestera également par le versement de la Prestation de Service Unique (PSU) ; subvention de fonctionnement qui permet, entre autres, de garantir un tarif horaire adapté aux ressources et à la composition familiale des familles dont le(s) enfant(s) fréquenteront cet équipement (selon un barème défini nationalement) et de leur offrir un mode d’accueil pour les enfants, adapté et souple.
Un engagement responsable et écologique
Ce projet satisfait aux exigences de construction durable et bioclimatique en s’inscrivant dans une démarche de haute qualité environnementale, étroitement liée aux valeurs des différents acteurs du projet. 
Un accueil de qualité pour des enfants épanouis et des parents sereins
Les enfants seront réunis au sein de quatre sections, favorisant les petits groupes pour un accueil individualisé. Alimentation, sommeil, activités, soins… tout sera mis en œuvre pour permettre aux tout-petits de grandir et de s’épanouir à leurs rythmes.  
Les chiffres clés
Bâtiment d’environ 700 m² d’une capacité de 60 places
Coût d’investissement : 2 205 800 € financé à 34% par la CAF
Date d’ouverture : septembre 2018
Tarifs : de 0.4 € à 2.9 € de l’heure (selon le barème national de la CNAF)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.