Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouvelles organisations aux urgences et en médecine interne

Comment apporter aux 150 personnes qui se présentent chaque jour aux urgences adultes du CHRU de Brest une réponse de qualité dans de meilleurs délais ? Les équipes du CHRU, coordonnées par les docteurs Eric Pondaven, responsable du pôle des urgences, et David Goetghebeur, chef du service ont pris le problème à bras le corps. Sans attendre la reconstruction du service des urgences prévue pour 2012, ils ont décidé de doubler (de multiplier par 2,3 très exactement) la capacité de l'Unité d'Hospitalisation de Courte Durée qui passe ainsi de 7 à 16 lits. La nouvelle organisation est également fondée sur une collaboration étroite entre les praticiens des Urgences et ceux du Département de Médecine interne et Pneumologie (Pôle Vasculaire - Médecine interne), ces derniers se regroupant en une fédération de médecine interne, placée sous la responsabilité du Professeur Christophe Leroyer.

Comment apporter aux 150 personnes qui se présentent chaque jour aux urgences adultes du CHRU de Brest une réponse de qualité dans de meilleurs délais ? Les équipes du CHRU, coordonnées par les docteurs Eric Pondaven, responsable du pôle des urgences, et David Goetghebeur, chef du service ont pris le problème à bras le corps. Sans attendre la reconstruction du service des urgences prévue pour 2012, ils ont décidé de doubler (de multiplier par 2,3 très exactement) la capacité de l’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée qui passe ainsi de 7 à 16 lits. La nouvelle organisation est également fondée sur une collaboration étroite entre les praticiens des Urgences et ceux du Département de Médecine interne et Pneumologie (Pôle Vasculaire – Médecine interne), ces derniers se regroupant en une fédération de médecine interne, placée sous la responsabilité du Professeur Christophe Leroyer.

L’extension des urgences évite d’hospitaliser les patients dans les services médicaux pour une surveillance pendant la nuit – ce qui soulage le travail des équipes. L’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée permet aussi de lutter contre les mauvais aiguillages comme le fait d’adresser des patients de médecine dans les services de chirurgie. En effet, en fonction de l’évolution de leur état de santé, après avis médical et en coordination avec les services de spécialité, les patients d’UHCD seront admis dans les services adaptés à leur prise en charge dans la matinée où les équipes spécialisées pourront prendre le relais.

Les patients ne resteront donc qu’une nuit à l’UHCD et les lits devront être libérés dès le début de la matinée. Grâce à la tarification de l’activité ainsi identifiée, ces nouvelles organisations permettront à l’ouverture des nouveaux locaux de réduire le déséquilibre financier des activités d’urgences.

L’extension de 7 à 16 lits correspond à l’article D 6124-5 du code de la santé publique, qui prévoit 3 à 5 places d’UHCD par tranche de 10 000 passages.

Cette extension a justifié des créations de postes
1 ETP Cadre de santé
1 ETP Secrétaire médicale
6 ETP IDE / 6 ETP AS / 2 ETP ASH

La nouvelle organisation de la médecine interne
La médecine interne s’est également restructurée grâce à la mutualisation des moyens des deux services de médecine interne du CHRU. Cette mutualisation a permis de dégager des moyens pour développer les modalités modernes de prise en charge de l’activité de médecine interne. Le service dispose désormais de 5 lits supplémentaires d’hospitalisation de jour, des consultations à bref délai de rendez-vous qui fonctionnent en lien avec le Service d’Accueil et d’Urgence et la médecine de ville, notamment par l’intermédiaire d’un téléphone portable mis à disposition des professionnels de santé et leur permettant de joindre aux heures ouvrables un médecin senior du service. L’objectif est d’augmenter le nombre de malades pris en charge de façon ambulatoire, d’éviter le recours systématique au service des urgences pour les patients ne présentant pas de détresse vitale, en programmant la prise en charge en amont de l’hôpital en coordination avec le médecin traitant. Ceci permet de réserver l’hospitalisation conventionnelle aux patients qui ne peuvent être maintenus à domicile et de préparer l’établissement à répondre au mieux aux besoins des patients âgés notamment en période hivernale.

Les chiffres de la médecine interne
La nouvelle organisation a modifié les capacités en hospitalisation traditionnelle et en hospitalisation de jour

Passage de 54 lits en hospitalisation traditionnelle à 36 (-18 lits)
2ème étage du bâtiment 1 : 1 unité de médecine interne de 24 lits
3ème étage du bâtiment 1 : 1 unité de médecine interne de 12 lits et
3 secteurs de pneumologie de 14 lits

Passage de 5 places en hôpital de jour à 10 (+ 5)

Augmentation de l’hospitalisation de jour (passage de 10 à 15 patients/jour) dans l’attente d’un Hôpital de jour polaire (projet immobilier en cours)
Augmentation de l’offre de consultations externes, ouvertes et programmées, en lien avec le Service d’Accueil et d’Urgence et la médecine de ville

Effectifs médicaux inchangés
Les effectifs soignants ont été légèrement adaptés du fait de la diminution des activités nocturnes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”