Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Noyades : 16 enfants secourus depuis 1 mois, les pédiatres urgentistes de Marseille inquiets

« Depuis début juin, nous avons accueilli 16 enfants aux Urgences pédiatriques après une noyade. Trois d’entre eux sont décédés, d’autres garderont possiblement des séquelles neurologiques », alertent les Dr Violaine Bresson, Aurélie Boutin et Sophie Pailhous, pédiatres aux Urgences enfants de la Timone (AP-HM), et Michaël Tsapis, médecin au SMUR et réanimateur.
« Depuis début juin, nous avons accueilli 16 enfants aux Urgences pédiatriques après une noyade. Trois d’entre eux sont décédés, d’autres garderont possiblement des séquelles neurologiques », alertent les Dr Violaine Bresson, Aurélie Boutin et Sophie Pailhous, pédiatres aux Urgences enfants de la Timone (AP-HM), et Michaël Tsapis, médecin au SMUR et réanimateur. 
A la Timone, un quart des jeunes victimes ont été admises en réanimation, les autres ont dû être hospitalisées. La plupart de ces accidents dramatiques pourraient être évités. « La prévention est primordiale, et la première des surveillances, c’est celle des parents », souligne le Dr Bresson.  " Les plages de Marseille accueillent chaque jour plusieurs milliers de baigneurs, et les maîtres-nageurs ne peuvent pas surveiller 200 enfants en même temps ".
1ère cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 15 ans*, les noyades sont responsables d’environ 500 décès accidentels chaque été. « L’irruption d’eau dans les poumons entraîne une privation d’oxygène, en particulier au niveau du cerveau et du cœur, qui peut provoquer rapidement l’arrêt cardiaque et le décès si le patient n’est pas secouru à temps ». Les enfants de moins de 6 ans représentent 15 % des décès par noyade accidentelle chaque année**.
« En 30 secondes, tout peut basculer » 
« Contrairement aux idées reçues, il suffit de très peu d’eau pour se noyer : inhaler l’équivalent d’un grand verre d’eau peut provoquer des lésions pulmonaires compromettant l’oxygénation », indique le Dr Tsapis, qui a participé à une étude épidémiologique sur les noyades accidentelles à Marseille entre 2000 et 2011, montrant que 89% des accidents se sont produits en bord de mer et que 69% des victimes ont dû être hospitalisées***.  
Les noyades peuvent se produire aussi dans une piscine privée, un lac ou même un petit ruisseau.
« La première surveillance, c’est celle des parents »
Dès qu’il sait marcher, un enfant devient autonome et il court des risques en échappant à la vigilance de son entourage. « Un adulte doit être désigné pour surveiller un enfant et ne pas le lâcher du regard. En 30 secondes, tout peut basculer : le temps de répondre au téléphone, d’aller aux toilettes ou d’acheter une boisson », ajoute le Dr Pailhous. « Il faut être près de lui en permanence ».

Autre précaution : l’enfant qui  ne sait pas nager doit porter des brassards,
même s’il est sous la surveillance d’un adulte. Quand on sait qu’à Marseille 3 enfants sur 4 ne savent pas nager, faute d’équipements aquatiques adaptés, alors que la moyenne nationale est de 50%, on comprend la préoccupation des acteurs de prévention.

Pour bien réussir ses vacances, les pédiatres de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille recommandent aux parents de 

. Rester vigilants pour pouvoir intervenir très vite en cas de problème
· Eviter de s’exposer au soleil entre 11h et 16h, en sachant qu’un parasol ne protège pas des rayons UV et donc des effets nocifs du soleil
· Appliquer au moins toutes les 2 heures une crème solaire indice 50 +
· Donner régulièrement à boire de l’eau aux tout petits pour éviter la déshydratation
· Eviter d’amener à la plage un enfant de moins de trois mois
______
*devant les suffocations, les accidents par le feu puis les chutes
***Epidemiology of unintentional drowning in a metropolis of the French Mediterranean coast: a retrospective analysis (2000–2011)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”