Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Obésité : sleeve en ambulatoire, un protocole innovant adopté à Saint-Etienne

Une équipe de chirurgie digestive du CHU de Saint-Etienne a pratiqué une gastrectomie longitudinale en ambulatoire (ablation des 2/3 de l’estomac appelée aussi sleeve). Le patient, un homme âgé de 22 ans souffrant d’obésité morbide est entré à l’hôpital à 7h du matin et a pu regagner son domicile à 18h00. L’intervention, une 1ère en région stéphanoise s’est déroulée le 12 Avril 2016. A j+15 l’état de santé du patient est excellent.
Une équipe de chirurgie digestive du CHU de Saint-Etienne a pratiqué une gastrectomie longitudinale en ambulatoire (ablation des 2/3 de l’estomac appelée aussi sleeve). Le patient, un homme âgé de 22 ans souffrant d’obésité morbide est entré à l’hôpital à 7h du matin et a pu regagner son domicile à 18h00. L’intervention, une 1ère en région stéphanoise s’est déroulée le 12 Avril 2016. A j+15  l’état de santé du patient est excellent.
L’intervention a été réalisée par le Dr Radu Palaghiu, chirurgien, le Dr Brigitte Beauchesne, anesthésiste, et l’équipe de chirurgie digestive dirigée par le Pr Jack Porcheron et le Dr Gabriele Barabino. Un quatuor pionnier puisque seules 60 gastrectomies longitudinales ont été pratiquées en ambulatoire en France. En 2014, ce service s’était déjà distingué en réalisant une colectomie totale en ambulatoire, une première européenne. Ce nouveau protocole qui réduit de 2 à 3 jours la durée d’hospitalisation s’inscrit dans le projet institutionnel de la Réhabilitation Améliorée après Chirurgie (RAC), promue par l’Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes et le Ministère de la Santé.
Le patient porteur d’obésité morbide (150 kg, avec un indice de masse corporelle de 46,3) a été hospitalisé à 7 h du matin. L’intervention a été réalisée dans la matinée, par coelioscopie. Des micro-incisions de quelques millimètres ont été effectuées sur l’abdomen du patient. Ces incisions sont suffisantes pour permettre le passage d’instruments chirurgicaux et des fibres optiques qui guident le geste dans la cavité abdominale. A 10 h 30, le patient est entré en salle de réveil et en est ressorti pour rejoindre sa chambre à 12 h 30. Vers 14 h, celui-ci a repris une alimentation liquide et il a pu se lever et marcher. A 18 h, le chirurgien et l’anesthésiste, avec le consentement du patient, ont donné leur accord pour la sortie. 
A domicile, le patient a continué un régime alimentaire bien établi avant l’intervention avec la diététicienne du service, avec un traitement pour la douleur adapté. Un appel téléphonique du chirurgien le lendemain de l’intervention et une consultation le surlendemain avec contrôle radiologique et bilan sanguin ont permis de suivre la bonne évolution postopératoire.
La gastrectomie longitudinale ou « sleeve » est une intervention chirurgicale habituellement pratiquée lors d’une hospitalisation de 3 ou 4 jours. Elle consiste à retirer environ 2/3 de l’estomac à des patients souffrant d’obésité. L’estomac se trouve ainsi réduit à un tube vertical ayant la forme d’une manche ou « sleeve » en anglais. Cette intervention est réalisée chez des patients porteurs d’une obésité sévère qui présentent également souvent des facteurs associés comme le diabète, l’hypertension artérielle ou l’apnée de sommeil.
Depuis octobre 2015, le service de chirurgie digestive est responsable du projet RAC (Réhabilitation Améliorée en Chirurgie) pour la chirurgie colorectale. Ses efforts de performance portent sur chaque étape de la prise en charge, de la consultation jusqu’à la sortie en intégrant le suivi des premiers jours à domicile. Tous les intervenants (chirurgien, anesthésiste, médecin traitant, cadre de santé, infermières, secrétaires, kinésithérapeutes, assistante sociale,…) « tournent » autour du patient reconnu en tant qu’acteur des soins. Les professionnels partagent avec lui une information transversale. La meilleure coordination des équipes permet de réduire  la durée d’hospitalisation, la morbidité et la mortalité postopératoire. Grâce à ce protocole innovant, les équipes enregistrent une diminution des complications post-opératoires et des risques de rechute. Elles notent également une amélioration générale de la satisfaction des patients comme des équipes médicales et soignantes

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”