Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le gouvernement annonce la revalorisation en décembre des salaires des aides-soignants

A l’occasion de la Journée internationale des aides-soignants, le ministre des Solidarités et de la Santé leur rend hommage et rappelle les engagements pris auprès de la profession dans le cadre du Ségur de la santé.

A l’occasion de la Journée internationale des aides-soignants, le ministre des Solidarités et de la Santé leur rend hommage et rappelle les engagements pris auprès de la profession dans le cadre du Ségur de la santé.
Olivier Véran a tenu à saluer et à remercier les aides-soignants mobilisés dans les établissements de santé et les Ehpad et a souligné la reconnaissance de leur engagement dans le cadre du Ségur de la santé avec notamment une revalorisation salariale dès cette fin d’année 2020.
« Nous avons plus que jamais besoin des aides-soignants. Parce que dans la crise ils ont été aux côtés de nos malades et de nos aînés, a-t-il souligné, dans un communiqué diffusé ce 26 novembre. Parce que nous faisons face à un défi: la prise en charge d’un nombre de plus en plus important de nos concitoyens âgés et en perte d’autonomie. C’est pourquoi le Ségur de la santé était adressé tout particulièrement aux aides-soignants : augmenter leur salaire, améliorer leurs conditions de travail en investissant dans leurs établissements et dans leur matériel du quotidien, augmenter leur effectifs et le nombre de jeunes aides-soignants formés – voici ce que nous mettons en place, tant pour reconnaître leur engagement aujourd’hui que pour susciter les vocations de demain».

+183 euros nets par mois dès le mois de décembre 2020

Les négociations du Ségur de la santé ont ainsi permis d’aboutir à un accord majoritaire avec les organisations syndicales représentatives de la fonction publique hospitalière, prévoyant la revalorisation salariale de près de 2 millions de professionnels de santé dont 400.000 aides-soignants dans les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux. Ces derniers percevront ainsi une revalorisation de 183 euros nets par mois dès le mois de décembre 2020.
L’accord relatif aux personnels de la fonction publique hospitalière prévoyait une revalorisation de l’ensemble des personnels du secteur public de 183 euros nets mensuels en deux phases : un complément de traitement indiciaire (CTI) de 93 euros au 1er septembre 2020 puis de 90 euros au 1er mars 2021. La seconde tranche du CTI de 90 euros net mensuels sera anticipée et versée dès le 1er décembre 2020 à l’ensemble des personnels des établissements de santé et EHPAD publics pour reconnaître leur engagement sans faille dans la crise sanitaire.

Le doublement des capacités de formation d’ici 2025

Le ministre des Solidarités et de la Santé s’est du reste engagé durant la Ségur à une augmentation importante des capacités de formation paramédicale avec notamment un doublement des capacités de formation pour les aides-soignants d’ici 2025.
Le gouvernement a également prévu le recrutement de 15 000 soignants dans les hôpitaux dont des aides-soignants afin de soutenir et renforcer les équipes particulièrement mobilisées dans les prises en charges.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.