Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

On a opéré dans l’espace… Pour la première fois au monde !

Mercredi 27 septembre 2006, le Professeur Dominique Martin, le Docteur Laurent de Coninck du CHU de Bordeaux et leur équipe ont réalisé une intervention chirurgicale en apesanteur sur un homme. Avec leur patient, ils ont pris place dans un avion capable de recréer les conditions de l'apesanteur pour un vol de 3 heures. Durant cette expérimentation, menée en collaboration avec le CNES et le Conseil Régional d'Aquitaine le chirurgien a pu enlever une tumeur graisseuse de l'avant bras de Monsieur Philippe Sanchot, 46 ans.

Mercredi 27 septembre 2006, le Professeur Dominique Martin, le Docteur Laurent de Coninck du CHU de Bordeaux et leur équipe ont réalisé une intervention chirurgicale en apesanteur sur un homme. Avec leur patient, ils ont pris place dans un avion capable de recréer les conditions de l’apesanteur pour un vol de 3 heures. Durant cette expérimentation, menée en collaboration avec le CNES et le Conseil Régional d’Aquitaine le chirurgien a pu enlever une tumeur graisseuse de l’avant bras de Monsieur Philippe Sanchot, 46 ans.

Ce projet, débuté en 2003, a permis de démontrer que des gestes chirurgicaux complexes (réparation sous microscope d’une artère de 0,5mm) étaient possibles en apesanteur. Cette deuxième phase en 2006 est en fait un essai de faisabilité visant à tester un module chirurgical mis au point par l’équipe. Dés lors de nouvelles perspectives peuvent être envisagées : réalisation d’opérations lors de vols spatiaux, développement de technologies utilisées dans des conditions terrestres extrêmes…

Ce projet de très haute technologie pourrait également servir de pilote dans le cadre de l’assistance chirurgicale au sein de la future base lunaire qui devrait être opérationnelle d’ici dix à quinze ans.

Les autres développements possibles

– Le contexte spatial constitue une plate-forme expérimentale idéale pour mettre en place des technologies élaborées comme un robot piloté du sol par satellite.

– La téléchirurgie satellitaire sera un passage obligé de la chirurgie de demain. Un spécialiste situé à Singapour pourra, un jour, participer à une opération qui se déroulera à New-York ou inversement. Le Pr. Martin et son équipe sont en relation avec la Direction Générale des armées pour faire évoluer ce projet conjointement avec l’Agence Spatiale Européenne et fabriquer des outils spécifiques avec la perspective de retombées industrielles

Une autre résultante de ce projet est la réalisation d’unités opératoires démontables construites sur la base du module embarqué dans l’avion 0G et qui pourraient être transportables sur des lieux de catastrophe. L’ANVAR et les ONG ont déjà été sensibilisés à la production d’un modèle qui ne serait plus soumis bien sûr aux contraintes spatiales mais trouverait son utilité en matière de chirurgie d’urgence sur des lieux de catastrophes. Ce travail est fait en parallèle avec la Société ASCENSUD qui sera chargée de son développement.

Partenaires du projet
Institutionnels
le C.H.U. de Bordeaux, promoteur, le C.N.E.S. (Centre National d’Etudes Spatiales), l’E.S.A. (l’Agence Spatiale Européenne), la Société NOVESPACE, filière du C.N.E.S. et exploitant l’avion OG, le Conseil régional d’Aquitaine.
Sponsors Société Ethicon : premier groupe mondial de fabrication de fil chirurgical et le laboratoire Michel GOURDY.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.