Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Opération à coeur fermé : une 1ère au Nord de Paris

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c'est la prouesse technique qu'ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant du CHRU de Lille un des premiers CHU de France à pouvoir accomplir ce délicat acte interventionnel.

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c’est la prouesse technique qu’ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant du CHRU de Lille un des premiers CHU de France à pouvoir accomplir ce délicat acte interventionnel.

L’innovation consiste à remplacer une valve aortique calcifiée et rétrécie, sans opérer. Cette technique est destinée aux patients souffrant d’un rétrécissement de la valve aortique et dont l’état de santé ne permet pas une intervention chirurgicale (contre indication et haut risque opératoire ou haut risque en hospitalisation).

Cette innovation non invasive permet d’améliorer la qualité de vie des patients non opérables, particulièrement fragiles et contraints à des hospitalisations répétées. Elle peut, dans certains cas, constituer une alternative thérapeutique à la chirurgie actuelle pour ces patients. Cette décision est prise conjointement par les cardiologues et chirurgiens en charge du dossier des patients.

Comment ?
La technique consiste à introduire, par l’artère de la cuisse, une prothèse valvulaire préalablement rétrécie ; La valve est maintenue au bout d’un tuyau. Arrivée au coeur, la valve est déployée, repoussant la valve naturelle calcifiée et sténosée. D’une durée d’une heure environ, cette procédure est peu traumatique et permet un rétablissement rapide du patient, sans les contraintes liées à une intervention chirurgicale cardiologique traditionnelle.

A ce jour au CHRU de Lille, 4 patients ont pu bénéficier de cette innovation. 11 autres interventions sont d’ores et déjà programmées avant la fin de l’année.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.