Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Opération VESALE : dans les CHU, dépistage gratuit de l’aorte abdominale, le 21/11/13

L’anévrisme de l’aorte abdominale tue autant que le cancer du sein chez la femme et le cancer de la prostate chez l’homme (7 500 décès par an). Pour démasquer ce meurtrier silencieux, une journée nationale de prévention et de dépistage est organisée dans toute la France le 21 novembre. Acteurs majeurs de santé publique, les CHU invitent les personnes à risque à effectuer gratuitement une détection échographique de l'anévrisme dans leurs services.

L’anévrisme de l’aorte abdominale tue autant que le cancer du sein chez la femme et le cancer de la prostate chez l’homme (7 500 décès par an). Pour démasquer ce meurtrier silencieux, une journée nationale de prévention  et de dépistage est organisée dans toute la France le 21 novembre. Acteurs majeurs de santé publique, les CHU invitent les personnes à risque à effectuer gratuitement  une détection échographique de l’anévrisme dans leurs services. Cet examen non invasif, indolore, non irradiant, dure moins de 5 minutes. Il est essentiel pour prévenir tout risque de rupture avant qu’il ne soit trop tard.
L’anévrisme est une dilatation d’un segment d’artère qui peut se rompre en grossissant et l’aorte abdominale est un des sièges de prédilection de l’anévrisme. Cette artère amène le sang du cœur aux organes et aux membres. Sa partie abdominale se trouve au niveau du ventre. Son diamètre doit être régulier car en cas de dilatation de l’aorte, le sang circulera moins bien. Au-delà d’une certaine grosseur, la pression peut entraîner une rupture fulgurante de l’anévrisme ou des complications très graves de la circulation.
Les personnes à risque
– les hommes dont l’âge est compris entre 65 et 75 ans et qui ont un tabagisme chronique actuel ou passé
– les hommes dont l’âge est compris entre 50 et 75 ans et qui ont des antécédents familiaux d’Anévrisme de l’Aorte Abdominale
– les femmes entre 60 et 75 ans fumeuses et / ou hypertendues.
Le 21 novembre,  les CHU vous donnent rendez-vous
Le CHU Amiens-Picardie s’inscrit pleinement dans cette journée de sensibilisation nationale aux côtés des 70 centres volontaires en France en organisant un dépistage gratuit ouvert à tous et sans rendez-vous.
Le service de chirurgie vasculaire et médecine vasculaire du CHRU de Besançon consacrera son activité médicale à cette journée de dépistage. De 8h00 à 18h00, les personnes présentant des facteurs de risque seront accueillies dans le service pour une information sur l’anévrisme de l’aorte abdominale et sa prévention, dépistage par échographie vasculaire.

L’équipe de Médecine Vasculaire  du CHRU de Brest accueillera les personnes au rez-de-chaussée de l’hôpital de la Cavale Blanche, service écho-doppler. En 2012, sur les 300 personnes qui avaient réalisé cet examen 4 anévrismes avaient été dépistés.
A Caen, le service de médecine vasculaire du CHU recevra les patients de 10h à 16h, dans les salles d’enseignements du Bât. Sud (FEH).
A Clermont-Ferrand, le CHU accueillera le public de 9h à 17h dans le service de Radiologie B, au 1er étage du CHU Gabriel-Montpied à St Jacques. Pour prendre RDV, un numéro vert : le 0 801 800 970 est mis à disposition les mardi et mercredi de 09 h à 12h. L’année dernière, 332 personnes ont été dépistées, 8 anévrismes ont été découverts dont un avec un diamètre de 63 mm opéré rapidement.
A Grenoble, le dépistage aura lieu dans l’Unité de médecine vasculaire au 10e C de l’hôpital Michallon, entre 9h et 18h, sans rendez-vous.
A Lille, le public sera accueilli Hall de l’Hôpital Cardiologique du CHRU, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h – Hall de l’Hôpital Cardiologique.
A Limoges, le dépistage, sans rendez-vous et gratuit, sera réalisé par l’équipe d’explorations fonctionnelles vasculaires et angiologie de 9h à 17h sur l’hôpital Dupuytren (CHU) dans la salle de réunion n°3 (rez-de-chaussée).
A Lyon, les hôpitaux Edouard Herriot et Louis Pradel (service d’imagerie cardio-vasculaire) accueilleront le public, de 8h à 18h au Pavillon M, rez-de-chaussée pour l’hôpital Edouard Herriot (explorations Vasculaires) et de 9h à 17h  dans le hall pour l’hôpital Louis Pradel. L’établissement proposera également une mesure gratuite du monoxyde de carbone expiré ; l’examen sera réalisé par un tabacologue.
A Marseille, l’Hôpital Nord participera à l’opération VESALE, de 8h30 à 17h. Le service de chirurgie vasculaire dirigé par le Pr Yves Alimi réalisera gratuitement, sans rendez-vous et sans ordonnance une échographie de l’aorte abdominale chez les patients à risque. Pour en savoir plus : http://fr.ap-hm.fr/actu/depistage-national-de-l-anevrisme-de-l-aorte-abdominale-l-hopital-nord-participe-a-l-operation
A Montpellier, le dépistage se déroulera de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 à l’hôpital Saint Eloi, dans le service de Médecine Interne et Maladies Vasculaires (Professeur I. Quéré). Le dépistage est gratuit, et les examens seront réalisés à titre bénévole par des médecins vasculaires membres de la SFMV.
A Nîmes, le service d’Exploration et Médecine Vasculaire, Hall 1, niveau – 1 se sera mobilisé de 9h00 à 17h00. Il n’est pas nécessaire de prendre RDV, ni de s’inscrire.
Le dépistage qui comprend un entretien individuel et une échographie abdominale est coordonnée à Nancy par l’Association Régionale de Médecine Vasculaire présidée par le Dr Dominique Bravetti, en partenariat avec les services Radiologie adultes (Pr Michel Claudon) et Médecine vasculaire (Pr Denis Wahl) du CHU. Selon le diagnostic, les médecins conseilleront un contrôle, un suivi ou une prise en charge.
Comme l’an passé l’équipe de l’unité de Médecine Vasculaire du service de Chirurgie Vasculaire du CHR d’Orléans, avec l’aide des  collègues médecins vasculaires de ville, sera mobilisée pour cette journée de dépistage et accueillera les patients dans les locaux de l’unité d’explorations vasculaires. Rendez-vous au 7ème étage de l’hôpital de La Source.
Au CHU de Poitiers, sur le site de la Milétrie, le pôle d’imagerie réalisera les dépistages de 9h à 17h, au rez-de-chaussée, couloir B de Jean-Bernard.
A Rennes, la journée de dépistage se déroulera à l’hôpital Pontchaillou de 9h à 17h, dans le bâtiment Centre Urgences Réanimations.
Au CHU de Saint-Etienne, le service de Médecine Vasculaire et Thérapeutique assurera l’examen de dépistage de 9 h 00 à 16 h 00, Bâtiment D – Niveau +1, à l’Hôpital Nord. Priorité est donnée aux personnes n’ayant jamais bénéficié d’un examen d’imagerie de l’abdomen et présentant un risque de développer un anévrisme de l’aorte abdominale.
A Toulouse, le dépistage sera assuré par les équipes de Médecine et Chirurgie Vasculaire du CHU de Toulouse (Pr. A. Bura-Rivière et Pr. J.P. Bossavy) dans le hall d’accueil et à la Maison des usagers de l’hôpital Rangueil et au Parc des Exposition de Toulouse à l’occasion du salon auto-moto : accueil des publics dans la galerie, avant l’entrée payante du hall 5 et dépistage dans une salle de la galerie.
A Tours, le service Médecine Nucléaire in vivo et ultrasons (EFMP), hôpital Trousseau recevra les patients de 9h à 17h. Le service de Chirurgie Vasculaire placé sous la responsabilité du Dr Robert Martinez rappelle à cette occasion que le nombre d’anévrismes de l’aorte abdominale ne cesse d’augmenter. Il est passé de 50 en 200 à 81 en 2012.
Depuis février 2013, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande  un dépistage systématique pour toutes les personnes à risque
En savoir plus sur l’opération Vésale
L’opération Vésale – du nom d’Andreas Vesalius dit Vésale, médecin au Moyen-Age qui fut le 1er à décrire l’anévrisme – est soutenue par la Société Française de Médecine Vasculaire (SFMV). En 2012, durant cette campagne près de  6 000 personnes dont 5 000 dans la cible d’âge ont été dépistées à travers 72 centres et 350 médecins vasculaires ont réalisé les examens et informés sur les facteurs de risque vasculaire. Grâce à cette mobilisation, 120 anévrismes ont été dépistés.
Cette année, 90 centres proposent un dépistage gratuit le 21 nov 2013.
www.sfmv-vesale.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.