Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Parenthèse en couleurs », exposition d’artistes séniors

Il y a 30 ans, le CHU de Limoges mettait place un atelier de peinture à destination des personnes âgées hospitalisées dans ses murs. Depuis, ces artistes séniors profitent au quotidien d’un moment d’évasion grâce à leurs pinceaux et leurs tubes de peinture, loin des couloirs, des chambres et des appréhensions liées à la maladie. Pour d’autres cet atelier est une façon d’exprimer leurs ressentis et leur émotions, notamment pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Aujourd'hui, les résidents de l'EHPAD Dr Chastaingt et de l'hôpital Jean Rebeyrol exposent leurs toiles à la Galerie Municipale du 2 au 15 avril 2013.

Il y a 30 ans, le CHU de Limoges mettait place un atelier de peinture à destination des personnes âgées hospitalisées dans ses murs. Depuis, ces artistes séniors profitent au quotidien d’un moment d’évasion grâce à leurs pinceaux et leurs tubes de peinture, loin des couloirs, des chambres et des appréhensions liées à la maladie. Pour d’autres cet atelier est une façon d’exprimer leurs ressentis et leur émotions, notamment pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Aujourd’hui, les résidents de l’EHPAD Dr Chastaingt et de l’hôpital Jean Rebeyrol exposent leurs toiles à la Galerie Municipale du 2 au 15 avril 2013.

Fenêtre sur la ville, cette « Parenthèse en couleurs » valorise le travail des aînés et participe à l’animation de la cité et les relie à la vie urbaine dont ils sont souvent coupés.

Elle représente aussi un hommage au travail des ces artistes âgés qui abordent la peinture sans savoir, sans complexe, car ils n’ont rien à prouver. L’occasion pour les visiteurs de l’effort de douter de leurs certitudes à l’égard de la vieillesse : l’âge n’est pas incompatible avec la création, au contraire, il peut la stimuler.

Les tableaux exposés, en surprendront plus d’un par leur qualité artistique. Preuve que ni l’âge et ni l’institution ne sont un obstacle à la création à condition que l’environnement la stimule et la favorise.
Renseignements pratiques
Lieu : Galerie Municipale, 19 Place de la République à Limoges
Accès libre, du lundi au vendredi, de 10h à 18h.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.