Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Parking « raisonnablement » payant à Dijon

1€ l'heure, 6€ les 6 heures... Conscientes des difficultés actuelles de stationnement et soucieuses de garantir l’accès des patients au parking, au plus près des services dans des délais raisonnables, et de manière la moins "anxiogène" possible, les instances du CHU ont arrêté le principe d’un stationnement payant du Parking principal réservé aux usagers (patients, visiteurs…)

1€ l’heure, 6€ les 6 heures… Conscientes des difficultés actuelles de stationnement et soucieuses de garantir l’accès des patients au parking, au plus près des services dans des délais raisonnables, et de manière la moins "anxiogène" possible, les instances du CHU ont arrêté le principe d’un stationnement payant du Parking principal réservé aux usagers (patients, visiteurs…)

D’une capacité de 642 places, l’ensemble des usagers y aura accès 7 jours sur 7 par ticket horodaté.  Sous certaines conditions, l’Assurance Maladie peut rembourser les frais de parking des patients qui bénéficient d’une prescription médicale de transport et viennent ou se font accompagner au CHU en voiture particulière.
A noter que le stationnement restera gratuit de 19h00 à 7h00 du lundi au
vendredi, en week-end du samedi 13h00 au lundi 7h00, et les jours fériés.
Qu’en est-il pour le personnel et les patients à mobilité réduite ?
En plus des 375 places déjà existants, et réservées à certaines catégories de personnel, un nouveau parking de 170 places sera accessible 7j/7 à tout le personnel du CHU, par badge. Il s’agit d’un dispositif complémentaire à celui des navettes.
Les personnels auront également la possibilité de stationner gratuitement sur les parkings relais Mirande / Mazen Sully, d’une capacité de plus de 300 places. Des navettes accessibles par badge CHU permettront de rejoindre Bocage Central en 4 minutes, du lundi au vendredi, hors jours fériés.
Le dépose-minute du parvis
Les taxis, ambulances, Véhicules Sanitaires Légers (VSL), Personnes à Mobilité réduite (PMR), et autres cas particuliers auront toujours la possibilité de déposer les patients sur le parvis de Bocage Central. Cet espace n’étant pas dédié au stationnement, tout véhicule dépassant les 45mn de dépose du patient devra s’acquitter d’un montant de 3€ l’heure. Il existe aujourd’hui sur le site différentes zones de stationnement gratuites dédiées aux taxis, ambulances, Véhicules Sanitaires Légers (VSL), et Personnes à Mobilité réduite (PMR).
Le CHU rappelle également que le long de ses entrées pas moins de 748 places gratuites (boulevard Jeanne d’Arc, boulevard de Lattre de Tassigny, boulevard de Strasbourg, rue Angélique Ducoudray, rue Gaffarel, rue du stade…).
L’ensemble des sommes encaissées pour le stationnement financera l’aménagement des parkings et la gestion des navettes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”