Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Parkinson, créativité, dopamine

Parkinson, créativité, dopamineAvec le soutien du CHU de Grenoble, le musée grenoblois des Sciences médicales, installé en son sein, propose du 1er mars au 6 mai 2010 «Parkinson, créativité, dopamine», une exposition originale qui rassemble les différents travaux artistiques réalisés par des personnes atteintes de la maladie de Parkinson et suivies au CHU par l'équipe médicale de la clinique de Neurologie dirigée par le Pr Paul Krack.
Avec le soutien du CHU de Grenoble, le musée grenoblois des Sciences médicales, installé en son sein, propose du 1er mars au 6 mai 2010 «Parkinson, créativité, dopamine», une exposition originale qui rassemble les différents travaux artistiques réalisés par des personnes atteintes de la maladie de Parkinson et suivies au CHU par l’équipe médicale de la clinique de Neurologie dirigée par le Pr Paul Krack.

Parkinsonien et artiste ?
Certains patients, traités pour la maladie de Parkinson, ont retrouvé ou développé une passion créative. L’équipe de psychologues et de médecins de la clinique de Neurologie de Grenoble, et de son unité des Troubles du Mouvement dirigée par le Pr Pierre Pollak, assurant le suivi de ces patients, s’intéresse particulièrement à ces aspects comportementaux et motivationnels qui peuvent être influencés par la maladie et par le traitement dopaminergique utilisé.

C’est dans la magie de rencontres humaines qu’a germé, puis lentement mûri l’idée de cette exposition révélant les capacités créatrices de certains patients parkinsoniens. D’abord, dans l’intimité de l’entretien entre une neuropsychologue et un patient, où se disent des souffrances, des espoirs, des désirs, même les plus fous ; puis, dans la quête empathique, au sein de l’équipe soignants, d’une meilleure approche autant du patient que de son traitement. On associe à tort la maladie de Parkinson à la seule déchéance motrice, jamais au plaisir et encore moins à la créativité. C’est cette face cachée de la maladie que l’équipe des troubles du mouvement du CHU de Grenoble a souhaité faire découvrir au public en proposant cette exposition.

Différentes formes artistiques sont présentées à travers les créations de : Serge Brunet (conte) ; Guy Martin-Ravel et Claude Collet (photographie) ; Gilles Pellegrin, Alain Escuyer, Jean-Claude Blanc, Monique Tuosto et Cyril Landrot de Rogalski (sculpture) ; Laura Brodzki, Antoni Cortina, Jaqueline Baillet et Claudine Naville (peinture). Cette exposition permettra aux artistes de présenter leurs oeuvres, dans le contexte de leur maladie et de leurs traitements. L’image sociale de cette maladie dans la population est classiquement celle d’une déchéance physique et morale. Les patients exposants démontrent que ce devenir n’est pas inéluctable. Aujourd’hui, grâce aux modalités de traitement, notamment médicamenteux, les patients peuvent retrouver pour de nombreuses années une vie enrichissante, où parfois l’expression artistique prend une place primordiale.

Découvrir les panneaux artistiques

Le vernissage est prévu le 26 mars 2010 à 11h30
L’exposition est ouverte jusqu’au 6 mai 2010, les lundis, mardis et mercredis de 9H30 à 11H30 et de 12H30 à 16H30, et les jeudis de 12H30 à 16H30, et à titre exceptionnel les samedi 27 et dimanche 28 mars, de 9h30 à 11h30 et de 12H30 à 16h30.
Entrée libre et gratuite

Exposition réalisée avec le soutien du Conseil Général de l’Isère, de la Ville de Grenoble et du CHU de Grenoble.

Musée grenoblois des Sciences médicales
CHU de Grenoble – Site nord
Tel. 04 76 76 51 44

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.