Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

PARO, le petit robot phoque thérapeutique rassure les malades Alzheimer

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d'une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d’une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Paro, 2,5 kg et 57 cm de long, est recouvert d’une fourrure synthétique et équipé de sept moteurs et trois microphones. Ses traits sont adaptés à la communication non verbale : yeux agrandis, bouche affinée, tête arrondie. A la fois, doudou, jouet et objet transitionnel, Paro a été développés depuis 1993 et commercialisés depuis 2005 par le Japon. Cloné à plus de 3 000 exemplaires, Paro aide les malades Alzheimer dans les établissements de soins de plus de 30 pays. L’un d’entre eux a été offert à l’Ephad par la Fondation nationale des Lions Clubs à Saint-Gilles et Vauvert via l’association PAC2A.
Paro apporte aux patients souffrant de troubles du comportement ou de la communication (Alzheimer et maladies apparentées) une amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie hors traitement médicamenteux. Les vertus thérapeutiques de Paro sont reconnues par des études qui démontrent les effets bénéfiques du petit animal sur les manifestations anxieuses des malades et la proportion importante de médications évitée grâce à ce robot.
D’une valeur de 5 980€, Paro a une durée de vie de 10 ans.
L’amélioration de la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer figure parmi les nombreux engagements du Lions Club international. L’association PAC2A regroupe les Lions Clubs d’Arles, Saint-Gilles, Vauvert, Paradou, Les Baux, Beaucaire-Tarascon et Saint Martin de Crau.
 
L’EHPAD de Beauvoisin « Résidence petite Camargue » comporte 57 lits d’hébergement permanent en chambre individuelle, dont 12 en secteur protégé, 3 lits d’hébergement temporaire et 6 places d’accueil de jour. L’aménagement a été pensé avec le souci du détail afin de garder au maximum les fonctions cognitives de la personne accueillie tout en assurant son entière sécurité et un cadre chaleureux. Un des points singulier du projet est la Direction commune avec le CHU de Nîmes tout en gardant des systèmes administratifs et juridiques indépendants

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”