Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Passer commande sur informatique

Fort du succès rencontré depuis deux années, par la commande en ligne des fournitures de bureau, le CHU d'Amiens s'est engagé, auprès de 17 autres CHU, dans un projet commun d'e.procurement : une plate-forme dématérialisée d'approvisionnement en ligne.

Fort du succès rencontré depuis deux années, par la commande en ligne des fournitures de bureau, le CHU d’Amiens s’est engagé, auprès de 17 autres CHU, dans un projet commun d’e.procurement : une plate-forme dématérialisée d’approvisionnement en ligne.

Dès 2003, l’établissement élabore un programme fonctionnel détaillé, une consultation est ensuite lancée sous la forme d’un appel d’offres sur performance. Sur les 5 candidats sélectionnés, 4 sont retenus et un seul est choisi en juillet 2004 : le groupement solidaire EDS Achatpro. EDS, mandataire du groupement, est un intégrateur reconnu internationalement et, Achatpro, fournisseur de solution d’e.procurement, est une place de marché diversifiée. Parmi ses clients, on retrouve de grands groupes tels que : Norauto, Faurécia, Areva, Auchan, Galeries Lafayette, UGAP, Casino, Hachette, Alstom ou Legrand.

Depuis, 3 sites pilotes ont mis au point la solution, en l’adaptant au contexte des CHU, et en se répartissant les grands domaines d’achat :
Le CHRU de Lille : les fournitures de laboratoire
Le CHU de Nantes : la pharmacie et les dispositifs médicaux
Le CHU d’Amiens : les fournitures de laboratoire et d’hôtellerie.
Plusieurs versions ont été testées. Aujourd’hui, toutes les fonctionnalités souhaitées de la demande de service à l’expédition de la commande sont disponibles, ainsi que les outils liés à la réception, au traitement de la facture, au suivi du budget et au reporting.

Au CHU d’Amiens, le déploiement progressif de l’e-procurement débute par une formation réalisée sur site, qui permettra à chacun d’utiliser ce système simple et convivial. A terme, les CHU disposeront d’un outil unique et partagé. Les demandes exprimées depuis les services de soins, seront instruites dans les services en charge des achats. Les bons de commandes créés et signés électroniquement, seront transmis sous cette forme aux fournisseurs (fax, mail, échanges de données informatisées (EDI)). Ces derniers renseigneront électroniquement la disponibilité et la date d’expédition sur le portail achatpro. Enfin, les produits livrés seront réceptionnés dans les magasins puis dans chaque service.

D’après un article de Thierry Plantard, Directeur-Adjoint, Pôle Investissements et Logistique  Services Economiques (CHU Amiens)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.