Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pasteur 2 : un nouvel hôpital à Nice

Avec l'approbation de son projet d'établissement et la signature de son contrat d'objectifs et de moyens le 5 juin 2003 par l'ARH, le CHU de Nice s'est engagé dans un programme de modernisation de ses structures comprenant la construction d'un nouvel Hôpital : Pasteur 2.

Avec l’approbation de son projet d’établissement et la signature de son contrat d’objectifs et de moyens le 5 juin 2003 par l’ARH, le CHU de Nice s’est engagé dans un programme de modernisation de ses structures comprenant la construction d’un nouvel Hôpital : Pasteur 2.

L’originalité de Pasteur 2 est de grouper deux hôpitaux (Pasteur actuel et St Roch) en un seul. C’est donc un projet de grande ampleur sans perte de services, ni réduction de lits pour la population, mais avec une plus grande différenciation de l’offre de soins. Le nouvel hôpital apportera davantage de sécurité, par le groupement de ses activités, et de confort, par la modernité de sa structure.

D’une surface totale de 81 000 mètres carrés dont 16 000 mètres carrés pour le plateau technique, Pasteur 2 réunira 692 lits (+28 à 42 l’hiver).

Le coût du chantier est estimé à 240 millions d’euros. Ce projet a été conçu avec une dimension urbaine et une ouverture sur la cité qui s’intègre dans l’évolution du quartier de Pasteur.

Pasteur 2 s’organise en deux bâtiments de part et d’autre de la montée de l’avenue de la Voie Romaine vers l’Abbaye St Pons.

Un hôpital évolutif
La conception de l’hôpital favorise sa capacité d’évolution et de flexibilité.
– La qualité « urbaine » de l’édifice offre plusieurs possibilités de circulation horizontale.
– Les unités d’hébergement sont groupées selon un plan « en étoile ».
D’une capacité standard de 14 lits, certains services en comprendront plusieurs.

Certains espaces ont été volontairement surdimensionnés comme pour l’imagerie afin de garantir une capacité d’évolution liée à celle des technologies médicales. Dans la même perspective, des principes d’évolutivité externe ont été retenus, permettant des extensions envisagées selon le programme du CHU. (ex. : unité d’hospitalisation des détenus).

Si la pose de la première pierre est prévue pour 2006, les déménagements des services débuteront quant à eux dès 2004 – 2005 après une série de travaux préliminaires. Sélectionné lors du concours d’architecture, le cabinet Reichen et Robert a été mandaté pour la réalisation du projet.

Avec Pasteur 2, l’offre de soins sur la partie Est sera complémentaire de celle située à l’ouest de la ville (avec l’Etablissement de l’Archet) assurant ainsi une meilleure prise en charge du patient. Recomposé et modernisé, le CHU utilisera avec le maximum d’efficacité les moyens qui lui sont alloués.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.