Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Patient en état végétatif, un cerveau en activité contre toute attente

Acticité de la région cérébraleChaque année des milliers de patients cérébrolésés se retrouvent dans le coma puis dans un état neurologique végétatif pour des périodes de longueur variable. L'équipe du Pr François Chollet (Dr Isabelle Loubinoux, Dr Stein Silva : Inserm U825/UPS) vient de prouver que, malgré les apparences, les cerveaux de ces patients sont loin d'être au repos.

Chaque année des milliers de patients cérébrolésés se retrouvent dans le coma puis dans un état neurologique végétatif pour des périodes de longueur variable. L’équipe du Pr François Chollet (Dr Isabelle Loubinoux, Dr Stein Silva : Inserm U825/UPS) vient de prouver que, malgré les apparences, les cerveaux de ces patients sont loin d’être au repos.

Les patients en état neurologique végétatif (ENV) sont inconscients mais présentent des signes d’éveil (alternance des cycles d’éveil et de sommeil). Cette situation pourrait être liée à des lésions cérébrales spécifiques. Pour aboutir à cette découverte, les chercheurs ont d’abord déterminé ce qui caractérise, au niveau cérébral, une personne témoin, au repos mais totalement consciente d’une personne en ENV.

Les chercheurs ont réalisés des enregistrements à l’aide d’une caméra à émission de positons ou TEP. Celle-ci permet, en mesurant le débit sanguin dans une zone cérébrale donnée, d’évaluer l’activité de celle-ci. Les résultats ont tout d’abord montré que si les sujets témoins avaient bien une activité au niveau du precuneus (région cérébrale impliquée dans la création d’une notion de soi par rapport au monde extérieur) plus importante que les patients, ces derniers faisaient, contre toute attente, davantage fonctionner une autre zone, la formation réticulée activatrice (responsable de l’état d’éveil).

Forts de cette première découverte, les chercheurs ont poussé plus loin le raisonnement. Ils ont étudié le lien fonctionnel entre ces deux structures, d’abord au repos puis en stimulant le sens du toucher des patients et des témoins. Les résultats obtenus par l’équipe ont été frappants, car si ses deux régions cérébrales semblent travailler à l’unisson chez les sujets témoins conscients, en revanche chez les patients en ENV ce lien semble avoir disparu, comme si ces deux zones étaient « deconnectées ». Les chercheurs débouchent à la conclusion que ce n’est pas la diminution d’activité cérébrale globale qui fait qu’une personne reste en état végétatif mais seulement des modifications de l’activité de certaines structures cérébrales. La perte du lien fonctionnel entre ces régions pourrait donc être à l’origine de ces phénomènes. La formation réticulée activatrice, tournée vers l’extérieur, au lieu d’acheminer les informations vers les zones adéquates, forme alors une sorte « d’impasse ».

L’identification de ce mécanisme est une première. Stein Silva, premier auteur de cette publication, envisage après cette étape, de se tourner vers l’étude des patients dans le coma, afin de réaliser des évaluations précoces du pronostic fonctionnel des patients cérébrolésés. A l’avenir, les chercheurs envisagent de tester des thérapies pouvant permettre, malgré les dommages cérébraux ayant conduit à l’état végétatif, de reconnecter ces deux zones…et pourquoi pas de rendre leur conscience à ces patients.

Définitions
Conscience perceptive Capacité à intégrer les informations en provenance de l’environnement autour de la notion de soi.

Etat neurologique végétatif Etat pathologique caractérisé par l’abolition de la conscience perceptive associée à un état d’éveil préservé.

Publication
S. Silva, X. Alacoque, O. Fourcade, K. Samii, P. Marque, R. Woods, J. Mazziotta, F. Chollet, I. Loubinoux. Wakefulness and loss of awareness, Brain and brainstem interaction in the vegetative state, Neurology, le 26 janvier 2010

Contact chercheur Stein Silva – MD. Anesthésie-Réanimation
U825 – équipe 2 –Toulouse
06.72.00.57.06. – href= »mailto:silva.stein@gmail.com »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.