Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pôle Aquitain de l’Adolescent

Vendredi 24 janvier 03, le CHU de Bordeaux a inauguré le « Pôle Aquitain de l'adolescent » en présence de Christian JACOB, Ministre délégué à la famille et d'Alain JUPPE, Député Maire de Bordeaux.

Expérience originale en France, le Pôle Aquitain de l’Adolescent illustre la volonté d’adapter le service public aux besoins des différentes populations. Après la création d’hôpitaux mère-enfants, de centres d’accueil pour personnes âgées, c’est au tour des 10-25 ans d’être accueillis dans des structures spécifiques.

Un hôpital pour adolescents
Le Pôle Aquitain de l’Adolescent est un ensemble hospitalier qui associe sur un même site, au sein du CHU de Bordeaux et en partenariat avec le Centre Hospitalier de Charles Perrens, des modalités d’accueil et de prise en charge des 10-25 ans articulant prestations médico-psycho-sociales, activités d’expression éducatives et sportives, soutien scolaire et assistance juridique.

L’intérêt et l’originalité d’un tel dispositif résident notamment dans les aspects suivants :
– une unité de lieu avec une situation en centre-ville et une accessibilité facilitée par l’implantation du pôle hors des structures psychiatriques traditionnelles ;
– une reconnaissance de la spécificité que requièrent aujourd’hui l’accueil et la prise en charge des 10-25 ans ;
– une approche médicalisée à dimension pluridisciplinaire et une offre de soins diversifiés et complémentaires incluant la prise en compte des besoins non médicaux des adolescents en souffrance ;
– la cohérence d’un ensemble intégrant sur un même site une consultation polyvalente à « large entrée » et des unités d’hospitalisation spécialisées en fonction de l’âge des patients et/ou de la nature des troubles présentés ;
– l’insertion du pôle comme maillon d’un réseau loco-régional constitué par les intervenants et les diverses structures des champs sanitaires, socio-éducatifs et judiciaires en charge des jeunes, évitant l’hospitalo-centrisme au profit de prestations partenariales ouvertes en amont et en aval ;
– une composante universitaire faisant du pôle un site de formation et de recherche en lien étroit avec les divers organismes dévolus à ces missions.

Organisation du Pôle Aquitain de l’Adolescent
Le Pôle Aquitain de l’Adolescent est implanté au centre Jean Abadie, structure appartenant au CHU de Bordeaux et rattachée au groupe hospitalier Saint-André.
Le pôle associe de manière complémentaire et synergique deux équipes hospitalières : celle du Dr Xavier Pommereau et celle du Pr Manuel Bouvard. Il est composé de quatre unités fonctionnelles articulées entre elles, à savoir :
– la Consultation polyvalente pour adolescents mise en place conjointement par le CHU de Bordeaux et le CH Charles Perrens. Ouverte aux 10-25 ans, elle est assurée par des consultants somaticiens (neuropédiatre, gynécologue, dermatologue, nutritionniste), psychiatres et pédopsychiatres, psychologues, assistantes sociales, diététiciennes, orthophonistes et psychomotriciens. La Consultation comporte également une assistance juridique gratuite tenue par des avocats ;
– le Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (Pr Bouvard) constitué de 10 lits à temps complet et de 5 lits de jour spécifiquement destinés aux 8-16 ans souffrant notamment de dépressions sévères, de troubles graves des conduites à début précoce, d’altération majeur du sommeil ;
– l’Unité médico-psychologique de l’adolescent et du jeune adulte (UMPAJA) dirigée par le Dr Pommereau et constituée elle-même de deux unités distinctes : une unité pour troubles des conduites alimentaires (UTCA) composée de 8 lits à temps complet et de 4 lits de jour, pour les 14-25 ans souffrant d’anorexie-boulimie ; une unité pour les adolescents suicidaires composée de 15 lits à temps complet, destinée aux 14-25 ans ayant effectué une tentative de suicide ou se signalant par des conduites de risque répétées.

Si l’unité pour jeunes suicidaires a eu dix ans d’existence en novembre 2002, les trois autres composantes du Pôle ont été progressivement mises en place au cours de cette même année. Leur fonctionnement est opérationnel depuis septembre 2002. D’ores et déjà, les unités fonctionnelles du Pôle Aquitain de l’Adolescent bénéficient, en fonction de leurs besoins et de leurs orientations, de l’intervention in situ de professionnels n’appartenant pas au champ sanitaire : professeurs bénévoles de l’Association de Soutien Scolaire aux Enfants Malades (ASSEM), éducateurs sportifs de la Ville de Bordeaux, avocats du Centre de Recherche d’Information et de Consultation sur les Droits de l’Enfant (Association CRIC).

L’étude et l’évaluation de ce dispositif peut aider d’autres CHU et grandes métropoles françaises à développer des modalités thérapeutiques similaires.


La souffrance psychique des adolescents

On estime actuellement que 15 % des adolescents présentent des signes tangibles de souffrance psychique s’exprimant à travers des troubles et/ou des comportements variés (pathologies psychosomatiques, troubles des conduites alimentaires, consommation de substances psycho-actives, épisodes dépressifs, comportements suicidaires, prises de risque inconsidérées).

Le problème est que ces manifestations recouvrent un vaste champ s’étendant des plaintes somatiques diverses à des comportements dont l’issue peut être fatale :
– les deux premières causes de mortalité chez les moins de 25 ans sont les accidents de la route et les suicides ;
– 5 % des anorexiques meurent chaque année des conséquences de leur comportement alimentaire pathologique ;
– l’usage précoce et régulier de tabac, d’alcool et d’autres drogues (notamment le cannabis et, de manière croissante, l’ecstasy) expose les jeunes à des risques d’accident plus fréquents et, à moyen terme, à des répercussions somato-psychiques graves ;
– d’autres conduites à risque mènent à l’IVG, aux maladies sexuellement transmissibles, à la désinsertion scolaire ou professionnelle, aux violences agies, etc. La plupart de ces troubles auront à l’âge adulte des conséquences qui dépendent largement de la précocité du diagnostic et des modalités thérapeutiques entreprises.


La nécessité de proposer un lieu de soins adapté aux exigences des adolescents

Les signes de souffrance psychique doivent être reconnus, explorés et traités en regard de trois impératifs majeurs : intervenir le plus tôt possible, proposer des soins adaptés à l’âge et aux troubles observés, rechercher l’alliance thérapeutique avec les parents. Mais l’adhésion des adolescents à de telles exigences est fonction d’autres paramètres : crainte du jugement ou de la stigmatisation à travers les signes exprimés, évitement des lieux trop marqués par la maladie mentale, défiance vis-à-vis des soins à médiation exclusivement individuelle et verbale, besoin d’appartenance à un groupe de pairs perçus comme « semblables », aspiration à une prise en charge globale de l’état de mal-être incluant les problèmes relationnels, les difficultés scolaires et sociales, les préoccupations corporelles, la nécessité de « bouger », etc.

Dans un tel contexte, il est apparu essentiel d’adapter les conditions hospitalières en termes d’accueil, d’évaluation et de soins pour les jeunes (en ambulatoire et/ou en hospitalisation à temps complet ou partiel), afin de prendre en compte ces différents aspects. Bien plus, il s’agit de réaliser un véritable « plateau technique relationnel » vers lequel et à partir duquel peuvent s’établir des passerelles reliant les champs sanitaires, socio-éducatifs et judiciaires.

_________________
Adresse :
Pôle Aquitain de l’Adolescent
CHU de Bordeaux
Centre Jean ABADIE
89 rue des Sablières
33000 Bordeaux

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”