Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pôle régional de cancérologie, le projet prend forme

Futur centre de soins, de coordination, d'enseignement, de formation et de recherche du Poitou-Charentes, le Pôle Régional de Cancérologie sera édifié sur le site de l'hôpital de la Milétrie. Avec une superficie de 12 040m2 répartis sur 5 niveaux et une capacité de 120 lits et places, cette nouvelle structure offrira une réponse adaptée à l'augmentation du nombre de personnes souffrant de pathologies cancéreuses (+ 7,73%). Le montant du coût prévisionnel des travaux est estimé à une vingtaine de millions d'euros.

Futur centre de soins, de coordination, d’enseignement, de formation et de recherche du Poitou-Charentes, le Pôle Régional de Cancérologie sera édifié sur le site de l’hôpital de la Milétrie. Avec une superficie de 12 040m2 répartis sur 5 niveaux et une capacité de 120 lits et places, cette nouvelle structure offrira une réponse adaptée à l’augmentation du nombre de personnes souffrant de pathologies cancéreuses (+ 7,73%). Le montant du coût prévisionnel des travaux est estimé à une vingtaine de millions d’euros.

Réorganisation de l’activité cancérologique de l’établissement pour une prise en charge globale centrée sur le patient
« Le Pôle régional de cancérologie ne se résume pas au regroupement des trois services d’Oncologie ; son originalité va bien au-delà par son ouverture aux spécialistes d’organes. Ainsi, un patient dont le cancer sera diagnostiqué dans un service de spécialité, sera, le cas échéant opéré dans ce même service, le geste relevant de cette discipline. Puis le suivi du malade et sa prise en charge thérapeutique, propres au cancer et non à l’organe, se dérouleront au sein de la structure PRC. Le médecin ou chirurgien spécialiste d’organe restera le médecin référent. Il assurera ce rôle dans le PRC en collaboration étroite avec les cancérologues. C’est à la fois un avantage pour le patient, dont le parcours thérapeutique sera géré par le même médecin, et pour le praticien qui suivra son évolution. La présence des médecins spécialistes d’organes au sein du PRC et le regroupement d’équipes pluridisciplinaires engendreront une orientation plus rapide du malade vers le(s) médecin(s) concerné(s), cancérologue(s) ou non, et les décisions thérapeutiques seront facilitées.

Les médecins référents seront entourés de personnels formés et experts en cancérologie pour la prise en charge médicale et psychologique de la personne. » explique le professeur Jean-Marc Tourani, chef du service d’Oncologie médicale, membre du comité de pilotage du pôle régional de cancérologie (PRC).

Enfin, les équipes et les patients disposeront du dossier médical unique et communicant, et de tout le plateau des soins de support, tel le réseau ville-hôpital cancérologique qui coordonnera entre autres l’hospitalisation à domicile.

Un atout pour le Poitou-Charentes
Le Poitou-Charentes est l’une des cinq régions sanitaires non dotées de centre de lutte contre le cancer. Le pôle régional de cancérologie renforcera la coordination renforcée entre les acteurs. Lieu d’enseignement et de formation en cancérologie, il sera à la disposition des équipes spécialisées et pour les autres disciplines médicales et chirurgicales.
Enfin, le PRC s’inscrira dans le cancéropôle grand ouest qui regroupe 4 régions (Centre, Pays-de-Loire, Bretagne et Poitou-Charentes) et dont la vocation est de développer la recherche fondamentale et le transfert vers la recherche clinique. De son côté, le pôle régional de cancérologie consacrera une partie de son activité à la recherche clinique, clinico-biologique et fondamentale, en collaboration étroite avec le Centre de recherche clinique et la Délégation régionale à la recherche clinique. Un espace recherche sera d’ailleurs intégré au bâtiment ainsi qu’une tumorothèque.

Pôle régional de cancérologie : caractéristiques techniques
Le futur bâtiment dédié à la cancérologie sera construit sur le site de l’hôpital de la Milétrie, à proximité immédiate de Jean Bernard, en liaison avec l’ensemble du plateau technique. D’une surface de 12000m2, sa capacité d’accueil s’élèvera à 56 lits d’hospitalisation conventionnelle, 26 lits d’hospitalisation de semaine et 30 places d’hospitalisation de jour.
84 postes non-médicaux et 5 postes médicaux seront crées. Il sera équipé de matériels de traitement en imagerie et en radiothérapie : 1 mammotome, 1 scanographe dédié pour simulation de traitement et 4 accélérateurs.

Planning du programme
– 14 janvier 2004 : signature de l’avenant au Contrat d’objectifs et de moyens
– 1er trimestre 2004 : définition du programme et du programme technique détaillé (PTD)
– 2ème trimestre 2004 : concours d’architecture
– octobre 2004 : choix de la maîtrise d’oeuvre
– fin 2005 : début des travaux
– 2ème semestre 2007 : ouverture

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”