Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Porte-ouverte au centre pluridisciplinaire d’oncologie de la femme

Le 22 octobre dernier le Centre pluridisciplinaire d’oncologie de la femme du CHU de Grenoble a organisé une soirée porte-ouverte destinée aux personnels du CHU et aux professionnels médicaux libéraux. L’occasion de faire connaître et d’expliquer le fonctionnement de l’unité qui propose aux femmes atteintes de cancers gynécologiques et mammaires un parcours complet de soins, coordonné et fluide.

Le 22 octobre dernier le Centre pluridisciplinaire d’oncologie de la femme du CHU de Grenoble a organisé une soirée porte-ouverte destinée aux personnels du CHU et aux professionnels médicaux libéraux. L’occasion de faire connaître et d’expliquer le fonctionnement de l’unité qui propose aux femmes atteintes de cancers gynécologiques et mammaires un parcours complet de soins, coordonné et fluide.
Le Centre Pluridisciplinaire d’Oncologie de la Femme a été ouvert en avril 2012 dans l’Hôpital Couple Enfant. Unie autour de la patiente, son équipe pluridisciplinaire et transversale ville à organiser  au mieux son parcours de soins, dans le respects des objectifs fixés par le plan Cancer 2009-2013.
Les consultations sont assurées par des médecins spécialisés en cancérologie : chirurgiens, radiothérapeutes, oncologues, psychiatres, plasticiens. Chaque patiente atteinte de cancers gynécologiques et mammaires bénéficie également d’un temps d’accompagnement soignant et de soutien d’une équipe pluridisciplinaire : infirmière, aide-soignante, kinésithérapeute, diététicienne, psychologue. Durant les soins, l’accent est mis sur la prise en charge globale de la personne. Toutes les expertises sont sollicitées dans une approche transversale avec recours aux équipes des services de Préservation fertilité, de radiologie,  d’anatomopathologie, d’oncogénétique, de médecine nucléaire et  de chirurgie reconstructrice.
Reconnus comme un complément essentiel, les soins de support aident les patients à mieux appréhender la maladie, à la combattre et à en accepter les retentissements.
Les entretiens psychologiques, les groupes de paroles, les consultations au centre de la douleur, les soins esthétiques et de coiffure complètent les prises en charge. Enfin, pour adoucir le quotidien des patientes, les associations proposent des ateliers de réflexothérapie, des ateliers d’art-thérapie et des séances de gymnastique volontaire plébiscités par les femmes.
L’attention ainsi portée au bien-être des personnes contribue à l’instauration d’un climat de confiance. Un numéro de téléphone et un site uniques ont été mis en place. La coordination des différents rendez-vous, examens et soins est assurée par un secrétariat dédié et deux infirmières collaborent directement avec les équipes médicales. Les patientes et leur famille peuvent, à tout moment, recevoir une écoute, un soutien ou une information auprès des infirmières.
La bonne coordination entre tous ces intervenants optimise la stratégie thérapeutique des patientes et améliore le vécu de la maladie. Le rayonnement croissant de cette unité (+ 63 % de consultations en un an) positionne le CHU comme un acteur majeur de la prise en charge des cancers de la femme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.