Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pose de la 1ère pierre de l’Hôpital Couple Enfant

Jean Castex, Directeur de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins, a posé le 20 janvier 2006, la première pierre de l'Hôpital Couple Enfant. Axe stratégique du Projet d'Etablissement du CHU de Grenoble, l'Hôpital Couple Enfant répond aux besoins de modernisation de l'offre de soins, du développement, de l'enseignement et de la recherche dans l'ensemble des disciplines de pédiatrie et périnatalité.

Jean Castex, Directeur de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins, a posé le 20 janvier 2006, la première pierre de l’Hôpital Couple Enfant. Axe stratégique du Projet d’Etablissement du CHU de Grenoble, l’Hôpital Couple Enfant répond aux besoins de modernisation de l’offre de soins, du développement, de l’enseignement et de la recherche dans l’ensemble des disciplines de pédiatrie et périnatalité.

Situé sur la partie haute pavillonnaire du site Nord du CHU, le nouvel établissement regroupera tous les services et départements travaillant en complémentarité : gynécologie-obstétrique, pédiatrie médicale et chirurgicale, néonatalogie, génétique, rééducation, imagerie et anesthésie pédiatriques. Le regroupement de l’ensemble de ces activités permettra de répondre totalement aux critères de qualité d’une maternité de niveau III c’est-à-dire à la prise en charge du haut risque périnatal.

A ce titre, l’Hôpital Couple Enfant constituera dans le domaine de la pédiatrie et de la périnatalité, le centre de recours et de référence de l’agglomération grenobloise, du sillon alpin et de la région Rhône-Alpes, s’appuyant sur l’engagement fort du corps médical dans les réseaux de santé.

La construction de l’Hôpital Couple Enfant confiée au Cabinet parisien SCAU (architectes Aymeric Zublena – Bernard Cabannes), s’organise en deux pôles : le pôle périnatalité correspond à la première tranche de travaux, le pôle pédiatrie à la seconde. Le bâtiment, à la composition claire et à échelle humaine, avec une entrée accueillante et lumineuse, utilise des matériaux intégrés aux constructions existantes. L’aménagement du site prévoit des espaces verts généreusement dimensionnés et des accès lisibles et différenciés (urgences, piétons, véhicules).

Les choix architecturaux simples, fonctionnels, intégrant une logique de soins, vont permettre une qualité d’accueil et d’hébergement adaptée aux attentes des enfants et des parents : amélioration de l’accueil des urgences, une majorité de chambres individuelles, des chambres dites « Kangourou » permettant d’hospitaliser ensemble les mamans et leurs enfants prématurés, une plus grande capacité d’accueil, un meilleur accès aux structures d’information, de conseil et de prise en charge grâce au rapprochement des activités.

L’opération dont le coût prévisionnel, toutes dépenses confondues, s’élève à 80 millions d’euros, bénéficie d’une aide importante à l’investissement dans le cadre du plan Hôpital 2007, au titre de la programmation régionale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”