Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pose d’un implant crânien sur mesure : une première en France

Le service de chirurgie maxillo-faciale et plastique du Professeur Boutault, Hôpital Purpan, a réalisé en juillet dernier la première pose en France d'un implant PSI (patient specific implant) en PEEK conçu sur mesure. Le patient, opéré avec succès dans le service de Neurochirurgie de l'hopital PURPAN avec le Dr Boetto, présentait un large défect osseux sur une grande partie du crâne.

Le service de chirurgie maxillo-faciale et plastique du Professeur Boutault, Hôpital Purpan, a réalisé en juillet dernier la première pose en France d’un implant PSI (patient specific implant) en PEEK conçu sur mesure. Le patient, opéré avec succès dans le service de Neurochirurgie de l’hopital PURPAN avec le Dr Boetto, présentait un large défect osseux sur une grande partie du crâne.

A la suite d’un accident sur la voie publique, un jeune garçon avait perdu plus de 20 cm de la substance osseuse protégeant l’hémicrâne gauche. Un tel défect osseux empêche tout recours aux techniques traditionnelles de cranioplastie. L’équipe a donc opté pour la seule solution de qualité : la réalisation d’un implant sur mesure en polymère (PEEK). Ce matériau est reconnu pour sa biocompatibilité, sa résistance à la corrosion et son absence d’effet artificiel à l’imagerie. Des plaques d’ostéosynthèse fixent solidement l’implant à la boite crânienne.

« A trois mois, le jeune patient est satisfait du résultat, il a pu reprendre sa scolarité. De son côté, l’équipe se réjouit d’avoir pu signer cette première française. Cependant, elle s’est heurtée à une difficulté : la rétraction résiduelle du muscle temporal qu’elle a eu du mal à étaler sur la prothèse du fait de la fibrose liée au traumatisme initial» commente le Dr Jalbert, un des auteurs de l’intervention.

La commande et la réalisation de cette prothèse ont pris un mois et demi. Son financement a été couvert par l’assureur de la personne responsable de l’accident.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”