Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Première double greffe de mains… 5 ans après

Le 13 janvier 2005, cinq ans jour pour jour après sa double greffe de mains, Denis Chatelier ne regrette rien. Au contraire, le pari qu'il s'est lancé avec le Professeur Dubernard et l'équipe de transplantation de l'hôpital Edouard Herriot, en association avec l'établissement français des greffes et la coordination hospitalière de transplantation, est une réussite.

Le 13 janvier 2005, cinq ans jour pour jour après sa double greffe de mains, Denis Chatelier ne regrette rien. Au contraire, le pari qu’il s’est lancé avec le Professeur Dubernard et l’équipe de transplantation de l’hôpital Edouard Herriot, en association avec l’établissement français des greffes et la coordination hospitalière de transplantation, est une réussite.

Amputé suite à l’explosion d’une fusée artisanale, Denis Chatelier est le premier patient au monde à vivre avec les mains d’un autre. Transplanté le 13 janvier 2000 à partir de greffons prélevés chez un donneur multiorganes, Denis Chatelier a connu deux épisodes de rejet cutané au 53è et 82è jour. Mais le traitement mis en place a été efficace entraînant la disparition des lésions en 13 et 8 jours.
Et si au bout du 12ème mois les examens ont mis en évidence un retour progressif de la sensibilité, l’acceptation de ces organes a été plus longue et difficile. Evoquant d’abord celles-ci comme « les mains », il a fallu un long travail à Denis Chatelier pour les apprivoiser et les évoquer aujourd’hui comme « ses mains ». Mais Denis, comme il se décrit lui-même est « un battant, un marathonien ».

A l’aspect humain s’ajoute une véritable réussite médicale. Cette opération apporte de nombreux enseignements tant en immunologie de transplantation, qu’en neurosciences ou en psychologie. Mais surtout, elle permet d’ouvrir une nouvelle ère dans l’histoire de la transplantation : celle des greffes composites de tissus. En effet, aujourd’hui, commencent à se développer des greffes de larynx, de genoux et bientôt des parties du corps associant plusieurs tissus. «Des greffes de parties de la face peuvent être envisagées pour des indications bien précises, mais les risques de rejet sont énormes » explique Jean Michel Dubernard.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.