Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Première européenne : un nouveau-né opéré par chirurgie robotique

Une équipe du CHU de Limoges conduite par le Pr Laurent Fourcade vient d’opérer par chirurgie robot-assistée un nouveau né atteint d’une atrésie de l’œsophage (occlusion congénitale qui empêche une alimentation normale). C’est la première intervention de ce type en Europe et l’une des premières dans le monde.

Une équipe du CHU de Limoges conduite par le Pr Laurent Fourcade vient d’opérer par chirurgie robot-assistée un nouveau-né atteint d’une atrésie de l’œsophage (occlusion congénitale qui empêche une alimentation normale). C’est la première intervention de ce type en Europe et l’une des premières dans le monde.

3 kg 200, c’était le poids de Louise le 15 octobre 2011, jour de son opération à l’hôpital de la mère et de l’enfant du CHU de Limoges. Elle est le premier bébé européen à avoir bénéficié d’une intervention chirurgicale robotique pour traiter une atrésie de l’œsophage, et le « plus petit » opéré en France sous assistance robotique.
Dans la plupart des cas, les enfants atteints de cette malformation sont opérés à la naissance par thoracotomie. Moins invasive, et offrant des suites opératoires moins lourdes (douleurs moindres, cicatrice plus discrète…), le traitement d’une atrésie de l’œsophage par thoracoscopie est une alternative extrêmement séduisante mais complexe à réaliser sur les enfants de petite taille.

Le Pr Laurent Fourcade, responsable du service de chirurgie pédiatrique et auteur de cette première commente la genèse de cette première : « Notre expérience en chirurgie mini-invasive ainsi que notre expérience avec le robot Da Vinci et la qualité de la dissection et des sutures qu’il propose, nous ont amenés à utiliser cette technique innovante chez ce nourrisson. La disponibilité de toute l’équipe de bloc opératoire ainsi que de l’équipe d’anesthésie sous la direction pour cette intervention du Dr Cros, ont été des éléments essentiels à la réussite de notre intervention. Louise va bien, elle est rentrée à la maison après le traitement par l’équipe d’ORL du Dr Aubry d’une laryngomalacie ».
Une opération aussi réalisée après avoir dialogué avec le Pr John Meehan,  chirurgien au Seatlle Children’s hospital, « le » chirurgien mondial pour la chirurgie pédiatrique avec robot, et en présence du Dr Grousseau, initiateur avec le Dr Longis et le Pr Alain de la cœlioscopie pédiatrique dans l’établissement référence du Limousin.
Fort de cette réussite, l’équipe de chirurgie pédiatrique du CHU de Limoges prévoit de faire à nouveau appel à cette technique dans cette indication, « sur des enfants de plus de 3 kg et sauf malformations associées », précise néanmoins le Pr Fourcade.
Référent pour les interventions chirurgicales robotisées, en particulier en chirurgie pédiatrique (2ème établissement français en nombre d’interventions pour cette spécialité), le CHU de Limoges se réjouit évidemment du succès de son équipe qui reçoit déjà les visites de chirurgiens français et étrangers qui s’intéressent à cette première.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”