Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : 1ère implantation en France d’un stimulateur cardiaque de nouvelle génération

La première implantation en France d’un stimulateur cardiaque, sans sonde, a été réalisée au CHU de Grenoble sur un patient âgé de 77 ans par le Dr Pascal Defaye, responsable de l’unité de rythmologie. Une avancée majeure dans l’histoire de la stimulation cardiaque ! La procédure a duré environ 30 min. Aucun évènement lié à la procédure ou au matériel n’a été rapporté. Le patient est rentré chez lui 48 heures après l’intervention.

La première implantation en France d’un stimulateur cardiaque, sans sonde, a été réalisée au CHU de Grenoble sur un patient âgé de 77 ans par le Dr Pascal Defaye, responsable de l’unité de rythmologie. Une avancée majeure dans l’histoire de la stimulation cardiaque ! La procédure a duré environ 30 min. Aucun évènement lié à la procédure ou au matériel n’a été rapporté. Le patient est rentré chez lui 48 heures après l’intervention.
Appelé  Nanostim ce stimulateur cardiaque sans sonde est dix fois plus petit qu’un stimulateur cardiaque conventionnel. C’est le premier et, à ce jour, le seul pacemaker sans sonde, certifié CE, disponible sur le marché mondial.
À la différence des stimulateurs cardiaques classiques nécessitant une chirurgie plus invasive, ce stimulateur cardiaque miniaturisé et sans sonde est conçu pour être implanté en position intra-cardiaque, c’est à dire directement dans le cœur. Le stimulateur Nanostim est implanté à l’aide d’un cathéter orientable via la veine fémorale, ce qui permet aux cardiologues de pratiquer une approche mini-invasive sans être obligés de créer une poche chirurgicale pour placer le dispositif. Le stimulateur cardiaque n’a pas besoin, non plus, d’être connecté à une ou plusieurs sondes. Il a été conçu pour être recapturé si nécessaire, de manière à pouvoir être repositionné sans difficulté pendant la procédure d’implantation ou retiré ultérieurement, en cas de besoin.

« La technologie sans sonde Nanostim présente des caractéristiques similaires à celles des stimulateurs cardiaques simple chambre traditionnels, mais sans avoir à implanter de sonde ni à créer de poche chirurgicale », détaille le Dr Defaye. « Cette technologie révolutionnaire est une étape majeure dans l’histoire de la stimulation cardiaque, puisque elle a été développée pour réduire le risque de certaines des complications que nous observons avec les stimulateurs conventionnels. Nous sommes ravis d’avoir été les premiers au CHU de Grenoble à proposer à un de nos patients cette technologie, qui représente le futur de la stimulation».
Le stimulateur cardiaque sans sonde est dix fois plus petit qu’un stimulateur cardiaque classique. Son implantation en position intra-cardiaque évite la sensation de masse sous le thorax et toute cicatrice définitive.
Les stimulateurs cardiaques sont utilisés pour traiter la bradycardie, qui est une pathologie dont souffrent les patients présentant  une trop faible fréquence cardiaque. Ces appareils surveillent le cœur et fournissent une stimulation électrique lorsque le cœur bat trop lentement, en fonction des besoins physiologiques spécifiques de chaque patient. Plus de quatre millions de personnes dans le monde possèdent un stimulateur cardiaque implanté ou un autre appareil de gestion des troubles du rythme cardiaque, et 700 000 nouveaux patients reçoivent un appareil de ce type chaque année. En France, plus de 60 000 malades par an, reçoivent un pacemaker.

Le premier patient en France
En France, le premier patient chez qui le stimulateur sans sonde a été implanté est un homme âgé de 77 ans. Il présentait une dysfonction sinusale (anomalie du nœud sinusal, structure du cœur responsable de la gestion de son rythme), entrainant un ralentissement de sa fréquence cardiaque, autrement appelé bradycardie sinusale. Le patient souffrait d’asystoles, c’est-à-dire de pauses dans l’activité électrique du cœur.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.