Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Premières portes ouvertes au service Endocrinologie-Diabète-Nutrition

En écho à la Journée Mondiale du Diabète, le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition du CHU de Reims a organisé le 9 novembre dernier ses premières portes ouvertes. Une manifestation destinée à sensibiliser le grand public comme les professionnels à cette maladie qui touche 5% de la population en Champagne-Ardenne.

Le mardi 9 novembre dernier, le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition du CHU de Reims a ouvert ses portes au grand public et aux professionnels à l’occasion de la Journée Mondiale du Diabète.
Infirmières, diététiciennes, pédicures-podologues, médecins…

L’ensemble des équipes s’est mobilisée pour proposer des ateliers autour de la nutrition et de l’activité physique, une conférence-débat sur le thème « Quoi de neuf en diabétologie au CHU de Reims ? » mais aussi des dépistages glycémiques, une présentation de la consultation dédiée au pied diabétique et des stands d’information.
Cette opération a été organisée en partenariat avec l’Association Marnaise des Diabétiques, le réseau de santé CARéDIAB, l’Unité Transversale d’Education du Patient (UTEP) et le service Diététique du CHU de Reims. Elle s’inscrit par ailleurs dans les actions du collectif régional de la Journée Mondiale du Diabète.

Le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition, dirigé par le Professeur Delemer, a basé son travail sur l’éducation thérapeutique d’une part, sur la présentation des évolutions technologiques et thérapeutiques d’autre part et sur l’intégration du CHU au réseau régional CARéDIAB, les données des patients hospitalisés ou consultant au CHU de Reims étant incluses systématiquement dans le dossier partagé.

En écho à la thématique générale de la journée mondiale du diabète, « Let’s take control of diabetes now », l’accent a été mis sur la participation des patients à travers les exemples suivants : la prise en charge du patient diabétique de type 1, le diabète gestationnel, la prise en charge du pied diabétique.
Cette journée a permis à l’équipe de diabétologie du CHU de Reims de progresser dans la démarche d’ouverture vers les patients et les soignants de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.