Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prix Hélioscope : « Education, alimentation et précarité » récompensé

Le 5 février dernier, des professionnels du CHU de Besançon recevaient, pour le projet « Education, alimentation et précarité » le prix Dawn délivré dans le cadre du congrès national Paris Santé Education. Le 16 juin, c'est le 1er Prix Hélioscope qui a été remporté par l'équipe bisontine*.

Le 5 février dernier, des professionnels du CHU de Besançon recevaient, pour le projet « Education, alimentation et précarité » le prix Dawn délivré dans le cadre du congrès national Paris Santé Education. Le 16 juin, c’est le 1er Prix Hélioscope qui a été remporté par l’équipe bisontine*.

Initié par l’UTEP (Unité Transversale pour l’Education du Patient) et le service social en 2007, le projet « Education, alimentation et précarité » a pour objectif de permettre, aux patients atteints de maladie chronique, de concilier au mieux les recommandations diététiques adaptées à leurs pathologies et une situation économique précaire :
– en construisant pour les patients des réponses personnalisées et adaptées à leurs besoins et leurs ressources,
– en aidant les soignants à mieux identifier les situations de vulnérabilité et à intégrer la dimension socio-économique dans leur prise en charge éducative et plus spécifiquement diététique.

Après une phase de recensement de l’existant en matière d’aide alimentaire, la constitution d’un groupe de travail pluri professionnel et pluri institutionnel sur « équilibre alimentaire et petit budget », ainsi que la mise en place de formation à l’ETP (Education Thérapeutique du Patient) proposée aux personnels du CHU et la généralisation de réunions d’information annuelles dans les services de soins, assurées par les assistantes sociales, les soignants commencent à se sentir moins démunis et à être plus sensibilisés à la problématique de la précarité.

Ils sont désormais en capacité d’orienter les patients, selon le degré de difficulté économique qu’ils rencontrent :
– soit vers une démarche d’accompagnement et de mise en lien hôpital-ville, pour les plus démunis, en les informant des possibilités d’aide alimentaire d’urgence ou régulière et en facilitant leur accès,
– soit vers une démarche éducative « diététique » personnalisée, intégrant la prise en compte du budget alimentaire, du contexte de vie, des goûts et habitudes, des difficultés mais aussi des ressources et possibilités du patient, pour l’aider à approcher au mieux les recommandations diététiques adaptées à sa pathologie.

Ce projet, toujours en cours, a d’ores et déjà permis de faire évoluer les représentations et les connaissances des soignants sur la précarité, d’améliorer les liens Hôpital-Ville ainsi que les conditions de sortie d’hospitalisation de certains patients vulnérables, grâce à un décloisonnement entre les différentes institutions, des partenariats et un travail en interdisciplinarité, associant les regards croisés de nombreux acteurs du sanitaire et du social (Banque alimentaire, Centre Communal Action Sociale, Conseil Général, Espaces solidaires , épiceries sociales…).

Le prix Hélioscope permettra de financer l’évolution du site internet qui organise toutes les données et contribuera à la reproduction des outils éducatifs les plus pertinents auprès de cette population.

* Martine BILLARD, cadre socio-éducatif, service social – Christine KAVAN, diététicienne, Unité Transversale pour l’Education des Patients (UTEP) – Cécile ZIMMERMANN, médecin responsable UTEP – Alfred PENFORNIS, Chef de service –

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”