Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Projet validé, contrat ratifié !

L'avènement du nouveau CHU se décline en 464 actions concrètes avec pour ultime étape le regroupement de l'ensemble de ses activités sur un seul site au sud d'Amiens.

L’avènement du nouveau CHU se décline en 464 actions concrètes avec pour ultime étape le regroupement de l’ensemble de ses activités sur un seul site au sud d’Amiens.

En affirmant la vocation régionale du CHU, en confortant son rayonnement inter-régional et national, en renforçant sa dimension universitaire, en assurant son rôle de proximité et en rénovant sa gouvernance, le projet d’établissement marque la volonté de la communauté hospitalo-universitaire de rompre avec des indicateurs sanitaires défavorables, son désir de prendre en main son avenir et son engagement dans la promotion de la santé en Picardie.

Un Projet d’Etablissement ambitieux décliné dans le Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens
Signé le 28 janvier 2003 entre le Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens et l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Picardie, le Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens reprend les objectifs du Projet d’Etablissement et les exprime en programme d’actions concrètes.

122 objectifs sont ainsi déclinés en 464 actions regroupées en 20 fiches action portant sur les domaines déterminants pour l’avenir du Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens : pathologies cancéreuses, cardiovasculaires, Technologies de l’information et de la Communication, qualité et sécurité…

Cinq axes prioritaires

Assurer et contribuer à organiser une réponse durablement adaptée aux besoins de la population dans 11 domaines : les pathologies cancéreuses, cardio-vasculaires, l’accueil et traitement des urgences, l’environnement de la naissance (femmes-enfants), la gérontologie, la médecine – la chirurgie et les pôles de référence, la psychiatrie, les activités transversales institutionnelles, la prévention et la santé publique, l’accessibilité et la démographie médicale.

Mettre la gestion au service de l’efficience au travers d’une démarche qualité et de gestion des risques, par une meilleure diffusion des informations aux patients grâce aux nouvelles technologies, par une prise en compte des innovations sociales, par une architecture, un plan d’équipement et un programme capacitaire adaptés, par le développement des nouvelles technologies biomédicales et en privilégiant les alternatives à l’hospitalisation…

Ouvrir le CHU à d’autres espaces dans le cadre de la coopération, du partenariat et des réseaux,

Favoriser la recherche et l’innovation médicales,

Adapter les formations aux besoins universitaires, de santé publique et hospitaliers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.