Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prostatectomie radicale réalisée aux USA

Après une biopsie positive réalisée en sept 2007 à St Sauveur de Mulhouse je me suis rendu à l'hopital Healthcare PhoenixAZ où le professeur Gilberto BRITO m'a opéré le 29 janvier 2008. Après un séjour de 24h en clinique j'ai joué au tennis un mois après et depuis tout va bien à part une baisse d'érection.

Je me suis rendu aux USA car la méthode da Vinci avait fait ses preuves depuis plusieurs années.J’ai reçu un rapport détaillé de mon intervention ; la perte de sang a été de 150 grs.Le lendemain de l’opération le laboratoire qui a analysé ma prostate m’a annoncé que le cancer n’a vait pas quitté la capsule et donc aucun traitement supplémentaire; depuisle PSA est de O,O1.
Le coût total s’est élévé à 15.300 dollars.
Aux USA les délais sont beaucoup plus courts; en France pour avoir un Rendez-vous il faut attendre plusieurs mois et le cancer peut quitter la capsule prostatique et ainsi il faudra des rayons et autres traitements.
Mon urologue de Mulhouse le Dr Schoenahl était étonné que je paye de ma poche cette opération ;je lui ai répondu que si j’achète une voiture ce n’est pas la Sécu. qui règle la facture et en matière de santé il ne faut pas hésiter!
A votre équipe je souhaite beaucoup de succès et que bientôt vous aurez plusieurs dizaines de robots da Vinci à Strasbourg.
Armand BOEHLER 68800 THANN

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”