Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prothèses PIP : l’AP-HM assume ses missions de service public et son rôle de recours

L’AP-HM tient à préciser que les prothèses PIP n’ont jamais été référencées au sein de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille. Son Comité de Sécurisation des Produits de Santé n'a jamais été sollicité au sujet de cette marque d'implants mammaires. Ces prothèses n'ont donc jamais été commandées par l'institution.

L’AP-HM tient à préciser que les prothèses PIP n’ont jamais été référencées au sein de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille. Son Comité de Sécurisation des Produits de Santé n’a jamais été sollicité au sujet de cette marque d’implants mammaires. Ces prothèses n’ont donc jamais été commandées par l’institution.

Le Comité de Sécurisation des Produits de Santé réunit des médecins, pharmaciens et personnels administratifs et soignants. Parmi ses missions : l’analyse de tout « référencement » d’un médicament ou d’un dispositif médical. Les avis de ce comité permettent une politique d’achat visant à sélectionner les offres des fournisseurs  selon des critères de qualité, de sécurité et d’efficacité.
L’AP-HM assume ses missions de service public et son rôle de recours.
L’Institution s’est organisée très rapidement pour répondre au plus vite aux inquiétudes exprimées par le public. Une consultation dédiée aux patientes porteuses de prothèses est proposée à la fois à l’hôpital de la Conception (service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique dirigé par le Pr Dominique Casanova) et à l’Hôpital Nord (Service de Stomatologie, Chirurgie maxillo-faciale et Chirurgie plastique dirigé par le Pr Laurent GUYOT).
L’investissement de tout le personnel, qui fait preuve de solidarité et d’un grand sens du service public pour répondre spécifiquement et rapidement à cette problématique de santé, est à souligner.
Ainsi, les patientes concernées bénéficient d’une prise en charge globale, dans des délais brefs, que ce soit pour de simples réponses à une inquiétude légitime, ou pour une orientation vers un protocole de soins adapté et responsable.
Renseignements pratiques sur le site : www.ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.