Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Psychotraumatisme : un centre national de ressources et de résilience co-pilotés par Lille et l’AP‐HP

Développer la recherche et l’enseignement sur le psychotraumatisme et la résilience, sensibiliser les grand public à travers des outils numériques innovants. Tels sont les deux missions du centre national de ressources et de résilience (CN2R) dont la création avait été annoncée dans le cadre du plan interministériel d'aide aux victimes en novembre 2017. Le CHU de Lille et l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ont été retenus pour assurer le pilotage national et coordonner les 10 centres de soins régionaux.

Développer la recherche et l’enseignement sur le psychotraumatisme et la résilience, sensibiliser les grand public à travers des outils numériques innovants. Tels sont les deux missions du centre national de ressources et de résilience (CN2R) dont la création avait été annoncée dans le cadre du plan interministériel d’aide aux victimes en novembre 2017.  Le CHU de Lille et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ont été retenus pour assurer le pilotage national et coordonner les 10 centres de soins régionaux.
« Le CN2R est centré sur l’apport de l’expérience des victimes /patients nos équipes et celles des centres de soins régionaux, et prend en compte toute la diversité des populations concernées, dans une approche globale du patient psychotraumatisé. » commente le Pr Guillaume Vaiva, CHU de Lille
Le projet du CN2R a pour objectif d’améliorer la prise en charge de victimes à tous âges dans des contextes divers tels que des

Améliorer les soins aux personnes victimes de violences ou d’agressions

Le psychotraumatisme touche les victimes d’attentats, de catastrophes naturelles ou industrielles, de viols, de violences familiales, de situations de harcèlement scolaire ou professionnel, de migrations, de prises en charge d’enfants de retour de pays en guerre,etc. 
Les professionnels s’appuieront notamment sur la mise en place d’une plateforme téléphonique dédiée d’accueil et d’orientation. Il aura pour ambition de développer la coordination entre les acteurs déjà engagés dans la prise en charge des psychotraumatismes, publics ou associatifs, et la formation de professionnels de santé concernés par de potentielles victimes. Il contribuera également à améliorer la connaissance du psychotraumatisme, et à élaborer des bonnes pratiques de prise en charge des troubles psychiques post‐traumatiques. 

Pour les aspects cliniques, les objectifs du CN2R portent sur :
> La fluidité et la coordination du parcours de soin ;
> La constitution d’un réseau de partenaires hospitaliers et extra‐hospitaliers, s’appuyant sur les complémentaritésentre les différents sites du CHU de Lille, de l’AP‐HP, d’autres hôpitaux et des structures associatives spécialisées,
> L’amélioration des délais d’accès pour l’ensemble des personnes exposées à des violences ou à un événement ayant entraîné ou étant susceptibles d’entraîner un psychotraumatisme, quelle que soit l’antériorité de ces violences
> Une approche globale, psychique et somatique,
> Un dispositif intégré, permettant d’intervenir tout au long de l’histoire traumatique, depuis l’évènement causal, sur le terrain, jusqu’à la période des troubles durables, ainsi que de permettre des interventions englobant une famille et prenant en compte chacun de ses membres.

Pour les aspects universitaires, les objectifs sont la formation des professionnels et la recherche, avec notamment :
> Une offre en bonnes pratiques et un transfert de connaissances élargies,
> Des actions d’enseignement et de sensibilisation auprès des professionnels de santé,
> Des programmes de recherche spécifiques.

Un centre pluridisciplinaire ouvert 

Porté par le Centre Hospitalier Universitaire de Lille (Pr Guillaume Vaiva) et l’AP‐HP (Pr Thierry Baubet), le Centre national de ressources et de résilience bénéficie d’une expertise clinique et universitaire majeure en provenance d’équipes très expérimentées, d’un réseau de partenaires nationaux et internationaux reconnus, mais aussi d’une articulation étroite avec les sciences humaines et sociales. 
En effet, le projet du CN2R s’articule autour d’un consortium pluridisciplinaire (anthropologues, sociologues, pédagogues, historiens, juristes, psychiatres d’adultes et d’enfants, psychologues, urgentistes, médecins légistes, responsables départementaux des Cellules d’urgence médico-psychologiques).
Le CN2R sera géré par un GIP indépendant, où seront réunis les financeurs, le CHU de Lille & l’APHP, des représentants associatifs, ainsi que les futurs centres collaborateurs adhérents.

10 centres régionaux de ressources et de résilience

• le CHU de Dijon avec 2 centres
• le CHU de Tours
• le CHU de Strasbourg
• le CHU de Lille
• les Hospices civils de Lyon
• les établissements de l’Assistance publique‐hôpitaux de Paris Sudet Nord (AP‐HP)
• le CHU de la Martinique
• le projet porté en commun par les trois CHU de la région Occitanie(Toulouse, Montpellier, Nîmes)
• le projet porté conjointement par le CHU de Nice et la Fondation Lenval

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.