Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

QR codes : d’étranges pictos pour faciliter l’accès à l’information

Depuis le 1er septembre, les halls des 5 sites du CHU de Limoges accueillent des affiches portant d’étranges pictogrammes ressemblant à des motifs tribaux. Ces QR (Quick Response) codes sont là pour faciliter l’accès des patients et visiteurs à une information pratique.

Depuis le 1er septembre, les halls des 5 sites du CHU de Limoges accueillent des affiches portant d’étranges pictogrammes ressemblant à des motifs tribaux. Ces QR (Quick Response) codes sont là pour faciliter l’accès  des patients et visiteurs à une information pratique.
Ces code barres en deux dimensions constitués de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc, peuvent être déchiffrés à partir d’un téléphone mobile équipé d’un appareil photo et du lecteur approprié. Les QR codes créés par le CHU permettent d’accéder directement à des pages web d’informations pratiques pour les proches et patients de chaque site : « où trouver des fauteuils roulant à proximité ? », « quelles lignes de bus desservent l’hôpital ? », « où loger à proximité si un proche est hospitalisé ? », « comment accéder à un service de soin ? », « quelles informations pour les aidants ? »…etc.
Ce dispositif réservé aux personnes (de plus en plus nombreuses) équipées des matériels adéquates, vient compléter un ensemble d’actions repensées pour faciliter l’accès à l’information : moteur de recherche sur le site web, signalétique repensée…Il pourrait aussi être élargi à des espaces plus restreints (étages) pour proposer des informations encore plus précises et fines, notamment en termes de localisation d’espace ou d’informations (sur une prise en charge, une pathologie…).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.