Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand l’ambulatoire booste l’activité de chirurgie

Au CHU de Poitiers l'activité de chirurgie ambulatoire augmente de 11% par an contre 7 % en moyenne pour l'ensemble de la chirurgie. Un essor qui justifie le doublement de la capacité de cette unité qui passera de 15 à 30 lits au deuxième trimestre 2010. Cinq lits seront réservés à la pédiatrie. Avec la chirurgie ambulatoire, l'établissement développe son activité, accroît la qualité des soins et la satisfaction des patients tout en réduisant ses coûts !

Au CHU de Poitiers l’activité de chirurgie ambulatoire augmente de 11% par an contre 7 % en moyenne pour l’ensemble de la chirurgie. Un essor qui justifie le doublement de la capacité de cette unité qui passera de 15 à 30 lits au deuxième trimestre 2010. Cinq lits seront réservés à la pédiatrie. Avec la chirurgie ambulatoire, l’établissement développe son activité, accroît la qualité des soins et la satisfaction des patients tout en réduisant ses coûts !

« Chaque intervention ne nécessite pas une hospitalisation conventionnelle. Coûteuse en ressources humains (surveillance, service…) et en supports logistiques (lits, repas…), l’hospitalisation traditionnelle doit être réservée aux actes plus lourds. Pour toutes les autres interventions, la chirurgie ambulatoire représente une alternative intéressante qui, outre son intérêt économique, a l’avantage de satisfaire les patients désireux de rejoindre son domicile et ses proches le jour même. » argumente le Pr Bertrand Debaene, médecin coordonnateur de l’unité de chirurgie ambulatoire qui annonce avec plaisir une fréquentation en hausse de son service : 3 311patients accueillis en 2008 et 3 675 en 2009.

Inaugurée en novembre 2007, l’unité de chirurgie ambulatoire du Centre hospitalier universitaire de Poitiers est, comme l’indique la définition “Réservée aux actes de chirurgie courts, non hémorragiques et peu douloureux”. Aujourd’hui les principales indications portent sur la cataracte, le canal carpien, la chirurgie périphérique en orthopédie, les biopsies de prostate, les changements de sonde, la cystoscopie, les dents de sagesse, la chirurgie de l’oreille chez l’enfant, les varices, la chirurgie du sein et la procréation médicale assistée. Demain, grâce au doublement de la capacité de nouveaux actes seront pratiqués en ambulatoire : les chirurgies de l’hernie, de la vésicule et de la stérilité, la chirurgie urologique et viscérale chez l’enfant ainsi que la radiologie interventionnelle..

La chirurgie ambulatoire est proposée au patient lors des consultations avec le chirurgien de la spécialité et l’anesthésiste, qui valident l’adéquation de son profil avec ce type de prise en charge. En effet, rien ne se fera sans l’accord de la personne et sans avoir vérifié la présence d’un aidant à son domicile. « Notre protocole d’accompagnement et le suivi systématique rassurent totalement les futurs opérés et leur famille. En effet, nous les contactons 48 h avant leur venue, puis nous les appelons à leur domicile 24 h après. A ce jour, nous n’avons enregistré aucune réhospitalisation après les retours à domicile. » se félicite Agnès Chevreste, cadre de santé dans l’unité de chirurgie ambulatoire.

Renseignements pratiques
Les patients sont accueillis par demi-journée, entre 7h15 et 18h, du lundi au vendredi.
En pédiatrie ambulatoire, à côté des cinq lits bientôt disponibles, l’équipe veillera à installer un fauteuil
réservé aux parents accompagnateurs. Les enfants disposeront aussi d’un coin détente-jeux, décoré et équipé grâce aux pièces jaunes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”